Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Une supplémentation en oméga 3 favorable à la fertilité

Comment améliorer
la fertilité à l’insémination première ? Des chercheurs
de l’Inra de Nouzilly se sont penchés sur la question
sous un angle original
et prometteur.

En dehors des effets de la sélection génétique observés en particulier en race Prim’Holstein, « de nombreux facteurs de risque d’infertilité peuvent être mis en cause, notamment liés à la gestion des réserves corporelles des vaches », explique Sébastien Elis, de l’Inra(1). Or, « les acides gras polyinsaturés n-3 (oméga 3) pourraient réduire la mortalité embryonnaire précoce, notamment en diminuant les niveaux plasmatiques de prostaglandine F2 alpha ». Pour vérifier cette hypothèse, les chercheurs de l’Inra de Nouzilly ont testé sur des Prim’Holstein une supplémentation en oméga 3 pendant les soixante premiers jours post-partum. Et le test s’est avéré concluant. « La fertilité a été significativement plus élevée à 21 jours et notablement plus élevée à 35 jours après l’insémination. La supplémentation a donc effectivement réduit la mortalité embryonnaire précoce en jouant soit sur la qualité de l’ovocyte, soit sur l’environnement utérin. On est par conséquent en droit d’espérer un plus grand nombre de veaux en cas de supplémentation en oméga 3 », souligne Sébastien Elis.

Une huile préparée à partir d’algues

Bien que très encourageants, ces résultats ne se traduiront pas à court terme par une application concrète sur le terrain. D’abord parce que les recherches vont se poursuivre pour affiner les premières conclusions. Ensuite, parce que si l’effet positif sur la fertilité se confirme, il faudra trouver un mode de supplémentation en oméga 3 qui soit recevable à la fois sur le plan économique (le prix de l’huile de poisson utilisée est à l’heure actuelle très élevé, environ 18 €/kg) et éthique. « Nous avons réalisé nos tests avec de l’huile de poisson parce qu’elle contient des oméga 3 plus efficaces que ceux contenus dans les graines de lin par exemple. Une huile préparée à partir d’algues comprendrait les mêmes composés et serait donc éthiquement plus utilisable que l’huile de poisson. Mais elle n’a pas encore été testée. »

(1) Ces travaux ont fait l’objet d’une présentation aux Journées 3 R 2014.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Vignette
« Nous faisons du croisement Procross depuis dix ans »
Dans le Nord, le Gaec de la Pouillerie utilise le croisement Holstein x Montbéliarde x Vicking Red depuis 2009. Les 115 vaches du…
Vignette
Deux index de santé du pied en race Normande

Origen Normande diffusera les premiers index génomiques Mortellaro et ulcère pour les taureaux normands…

Vignette
Les inséminations avec de la semence sexée se stabilisent
Depuis trois ans, le nombre d'IA en semences sexées paraît stabilisé autour de 600 000 IAT (8 % des IAT). Le taux d'utilisation…
Vignette
Zoom sur les premières de cordée au Sommet de l'élevage

Huit races laitières étaient en compétition les 3, 4 et 5 octobre derniers à Cournon. Retour en images sur les grandes…

Vignette
« éCow nous aide à classer nos vaches selon leur rentabilité »
Proposé par Prim’Holstein France depuis 2017, le service éCow est utilisé au Gaec du Buisson pour peaufiner les accouplements et…
Vignette
Gènes Diffusion et Intermizoo deviennent partenaires

Gènes Diffusion a annoncé la mise en place d'un partenariat technique et commercial avec la coopérative…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière