Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Votre pouponnière assure-t-elle côté confort ?

Ventilateur, entrées et sortie d'air, température... une pouponnière à extracteur doit répondre à des paramètres techniques précis. En cas de doute un diagnostic s'impose.

Une pouponnière est un lieu d'élevage en case ou niche individuelle stricte pour des veaux âgés d'un jour à huit semaines maximum (limite réglementaire) », rappelle Daniel Le Clainche du GDS Bretagne. Elle permet un suivi individuel des veaux et limite les risques de contaminations entre animaux. Pour assurer une bonne ambiance, elle doit répondre à tous leurs besoins de confort . Nous vous proposons un cas concret de diagnostic réalisé par Jacques Capdeville de l'Institut de l'élevage et Daniel Le Clainche dans le cadre d'une formation destinée à des conseillers bâtiments. L'EARL Flegeul dans le Morbihan a mis à la disposition des formateurs sa pouponnière avec extracteur d'air de 11 places construite en 2009. « Lorsque c'est possible, une ventilation naturelle est toujours préférable à une ventilation dynamique », précise Daniel Le Clainche.

Les besoins du veau

Plage de températures optimale (acceptable)
12 à 25 °C (7 à 28 °C) pour un veau âgé de 0 à 24 h
10 à 20°C (4 à 25 °C) pour un veau âgé de 1 jour à 1 mois
Ecart de température jour-nuit souhaité : 8 à 10 °C
Hygrométrie la plus basse possible (50 à 60 %)
Vitesse de l'air en hiver : 0,25 m/s (1 km/h) et absence de courant d'air et 2 à 3 m/s en été.
Volume /veau : 7 m3 (maximum 15 m3) jusqu'à 3 semaines et 12 m3 (maxi 20 m3) jusqu'à 3 mois
Eclairage si possible naturel : de 9 h à 17 h avec 20 à 60 lux au niveau de l'aire de couchage

 

1 - L'observation du local, des cases et des veaux permet de porter les premiers éléments de diagnostic : volume du bâtiment, odeur d'ammoniac, murs et litières humides... Un point d'eau pour nettoyer le matériel ou préparer les buvées est proscrit. Autre erreur à éviter : la pose de translucide en toiture. « Les cases avec caillebotis en bois ou PVC ont un meilleur pouvoir isolant que celles avec caillebotis en acier ou béton. Elles doivent être surélevées de 20 cm avec une pente de 1 à 2 % de l'avant vers l'arrière pour drainer les jus dans le caniveau. Plus il y a de pente mieux c'est », indique Daniel Le Clainche. L'idéal est d'isoler le mur donnant sur l'extérieur. Le volume de cette pouponnière (83 m3) est correct.

2 - La surface d'entrée d'air permise par cette porte donnant sur l'extérieur est insuffisante. Elle est cependant compensée par une autre entrée (une porte donnant sur le bâtiment des génisses). En ventilation dynamique, il ne faut pas d'entrée d'air parasite. Les portes battantes sont plus adaptées que les coulissantes sauf si ces dernières sont rendues hermétiques avec des bandes de caoutchouc. Les entrées d’air amovibles pour régler la surface d’entrée d’air sont idéales. « Certains modèles d'extracteurs réalisent un réglage automatique des déflecteurs en fonction de la température ambiante. » Les déflecteurs ne doivent pas être positionnés trop près de l’air de vie des veaux. Pour des veaux âgés de 0 à 1 mois, il faut prévoir 0,04 m2 d'entrée par veau et 0,02 m2 de sortie.

3 - Vérification du débit de l'extracteur à l'aide d'un anémomètre. Ce test s'effectue en l'absence d'informations (c'est plutôt rare) ou en cas de doute sur le bon fonctionnement du ventilateur. La sonde mesure la vitesse d'extraction de l'air. Il suffit ensuite de multiplier par la surface à l'entrée de la cheminée pour connaître le débit. Pour être fiable, la mesure doit durer 3 à 4 minutes. L'opérateur doit réaliser des cercles de l'extérieur vers l'intérieur. Le test a été réalisé en réglant l'extracteur à 25 % et 100 % de sa capacité. Bilan : une extraction de 405 m3/h et de 1069 m3/h respectivement. « Ce niveau plutôt bas s'explique par l'insuffisance des entrées d'air », explique Jacques Capdeville. En ouvrant la trappe (40 x 40 cm) de la seconde porte, le débit a grimpé à 1565 m3/h. C'est mieux mais inférieur au débit annoncé par le fabricant du ventilateur. La vétusté de ce dernier (une vingtaine d'années) n'arrange pas les choses. Jacques Capdeville préconise de le remplacer d'autant que « les nouveaux modèles sont beaucoup plus performants ».

4 - Le boîtier de régulation de l'extracteur a été réglé à une température consigne de 17 °C (15 °C peut suffire) avec une amplitude de plus ou moins 6 °C. La plage de température conditionne le débit de l’extracteur. « En été, il tourne souvent à 100 % de sa capacité. En hiver, 25 % est généralement suffisant », précise Daniel Le Clainche. Le choix de la capacité d’un extracteur se raisonne en fonction du poids des veaux présents dans la pouponnière sachant qu’en hiver on part sur un débit de 0,5 m3/h/kg de poids vif et en été 3 m3/h/kg de poids vif. « Le calcul doit être fait régulièrement. Sinon, il faut se baser sur la capacité maximale de logement. » Par exemple, pour la pouponnière de l'EARL avec 11 places et des veaux de 50 kg, cela représente un poids total de 550 kg. L’extracteur doit donc pouvoir sortir 275 m3/h en hiver (0,5 m3/h/kg x 550 kg) et 1650 m3/h en été (3 m3/h/kg x550 kg).

5 - La sonde permet de surveiller l'évolution de la température. « Idéalement il faut la mettre au centre du bâtiment, suspendue au dessus de l'aire de vie des veaux mais pas trop près de l'extracteur d'air », indique Daniel Le Clainche. Ici, elle est trop près du mur en béton. Celui-ci conserve le froid en hiver.

A savoir :

La vérification de la tension au niveau du boîtier de commande de l'extracteur entre la phase et le neutre permet de vérifier si l'installation est conforme avec les caractéristiques de l'extracteur (230 v pour un réglage d'extracteur à 100 %). Mais attention, ce test ne peut être réalisé que par des personnes habilitées à le faire (habilitation BT et BR) et dans des conditions très strictes : port de gants isolants, tapis de sol isolant, casque avec écran isolant... Dans le cas contraire, c'est strictement interdit et dangereux.

A lire :

"Des veaux laitiers en bonne santé : moins d'antibiotiques avec de bonnes pratiques d'élevage et des nurseries performantes." Téléchargeable gratuitement sur le site de l'Institut de l'élevage : www.idele.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Le prix du lait d'avril-mai de Lactalis insatisfaisant
Lactalis a annoncé un prix du lait de base de 341 €/1000 l en 41-33 en moyenne nationale, pour les mois d'avril et mai 2019. L'…
Vignette
" Nous optimisons le pâturage avec du topping "
Partisans du pâturage tournant dynamique, Pascal et Kévin Brodu pratiquent depuis deux ans le « topping », une fauche avant…
Vignette
Prix du lait en mars 2019 : 334 €/1000 litres de moyenne en Europe
Le prix du lait de mars 2019 affiche une relative stabilité dans l'Union européenne par rapport aux douze derniers mois.
Vignette
Bâtiment d'élevage : Des plaquettes de bois pour assainir l’aire paillée
Dans l'Aveyron, le Gaec des Piades utilise en sous-couche du bois déchiqueté. Il a un effet drainant, permet de réduire fortement…
Vignette
Avec Franck Gaudin, nutritionniste: comment on booste la production laitière aux USA
Nutritionniste aux États-Unis, Franck Gaudin a fait part de ses préconisations pour gérer des systèmes à haut niveau de…
Vignette
Tous les débouchés du veau nourrisson sont en difficulté
Veau de boucherie, jeunes bovins, exportations vers l’Espagne : les marchés du veau nourrisson sont tous malmenés en même temps.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière