Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

[ASTUCE] Un palan sur rail pour lever les pattes arrière des bovins

Dans la Loire, Patrice Chazelle (Ferme d’Epezy) a installé un palan électrique à l’arrière du cornadis pour lever les pattes arrière des vaches, et fabriqué un support de cornadis pour les pattes avant.

 

 
1 L’éleveur a installé un rail de portail de 5 m de long à une extrémité du cornadis. Il est solidement fixé sur la panne d’un plafond de bois par des équerres tous les 50 cm. Il est positionné à l’aplomb de la queue des vaches quand elles sont bloquées. Le palan électrique (500 kg de capacité de levage) à télécommande filaire est boulonné sur des roulettes de guidage.

 

 

 
2 Pour lever la patte, l’éleveur passe une sangle au niveau du jarret et l’accroche au crochet du câble de treuil. Il peut alors lever la patte jusqu’à ce que l’animal n’ait plus envie de bouger. « Il faut se mettre sur le côté jusqu’à ce que la vache ne puisse plus jeter le pied. Depuis dix ans j’utilise ce système, et je n’ai jamais pris de coup », assure-t-il.

 

 

 
3 La longueur de cornadis correspondant au rail permet de bloquer sept vaches. Il est préférable de remplir toutes les places et de mettre la vache à traiter entre deux bêtes. Ainsi, elle est tranquillisée et n’est pas tentée de se déplacer d’un côté ou de l’autre. L’éleveur utilise cette installation pour parer quelques vaches. Quand il doit en faire un grand nombre, il fait venir un professionnel équipé d’une cage.

 

 

 
4 Pour les pieds de devant, il a fabriqué un support avec de la cornière qui se fixe sur la barre fixe du cornadis par deux colliers. Notez le renfort au-dessous du support. La patte est posée sur une pièce de bois à profil creux et attachée par une sangle. Celle-ci forme une boucle au niveau du boulet puis s’enfile dans un trou du support bois avant d’être enroulée autour de la patte. Toute la difficulté est de trouver le bon angle du support par rapport au cornadis (qui est oblique dans le cas présent). « Du coup, je fais les pieds de devant tout seul », dit l’éleveur. Son vétérinaire s’est fabriqué le même !
 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
La filière se dote d’un socle de seize indicateurs de bien-être animal
Les indicateurs seront intégrés dans la charte des bonnes pratiques d’élevage et les premiers audits sont prévus au 1er…
Vignette
« Tous nos sols n’étaient pas prêts au semis direct »
Le Gaec des Émeraudes, dans le Maine-et-Loire, travaille le sol le moins possible. Selon l’historique des parcelles et la…
Vignette
Les leaders laitiers chinois changent de stratégie

Les pays asiatiques proches de la Chine sont la nouvelle cible des grands transformateurs laitiers…

Vignette
Comment tarir les vaches en 2019
Voici les conseils actuels pour une meilleure maîtrise de la période sèche. Une période qui demeure encore un point noir dans…
Vignette
Les coopératives laitières mobilisées sur le renouvellement des générations
Journées des coopératives laitières. Imaginer des démarches d’accompagnement innovantes pour faciliter l’installation mais aussi…
Vignette
« Nous avons choisi la Bretonne Pie Noir »

« Je connaissais la Bretonne Pie Noir grâce à mes grands-parents ; c'est pour cette raison que nous l…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière