Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le vêlage précoce à la portée de tous

Plus de lait par jour de vie, plus économique, moins de problèmes de santé… Le vêlage précoce a de nombreux atouts, même en systèmes extensif et bio. Et pourtant, il peine à décoller.

« Cela fait plus de vingt-cinq ans que nous recommandons de faire du vêlage précoce, à savoir à 24-26 mois en Holstein et 26-28 mois en Normande et Montbéliarde. Pourtant l’âge moyen au premier vêlage ne bouge pas », souligne Luc Delaby, de l’Inra. À l’Institut de l’élevage, Pascale Le Mézec fait le même constat : « les statistiques du contrôle laitier montrent qu’en 2000, l’âge moyen au premier vêlage était de 33 mois en Montbéliarde et Normande et de 30 mois en Holstein. En 2017, la moyenne avait baissé de seulement 1 mois en Normande et Holstein ». L’observatoire Reproscope montre que, toutes races confondues, seulement 10 % des élevages laitiers font du vêlage 2 ans. Et chez plus de 20 %, les vaches vêlent après 3 ans, note Pascale Le Mézec.

Plusieurs raisons, plus ou moins justifiées ou motivées, permettent d’expliquer le phénomène. « Nous avons peut-être fait peur aux éleveurs en communiquant sur le vêlage 2 ans plutôt que précoce », indique Luc Delaby. Imaginer une génisse de 15 mois produire du lait neuf mois plus tard ne coule pas de source. « Les éleveurs ont tendance à faire vêler leurs génisses à la fin de l’été et au début de l’automne, même si les vêlages des vaches sont étalés. » La crainte de perturber le développement des génisses et de pénaliser leur production laitière intervient également. La valorisation de prairies éloignées et parfois de qualité médiocre joue aussi.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Le prix du lait d'avril-mai de Lactalis insatisfaisant
Lactalis a annoncé un prix du lait de base de 341 €/1000 l en 41-33 en moyenne nationale, pour les mois d'avril et mai 2019. L'…
Vignette
" Nous optimisons le pâturage avec du topping "
Partisans du pâturage tournant dynamique, Pascal et Kévin Brodu pratiquent depuis deux ans le « topping », une fauche avant…
Vignette
Prix du lait en mars 2019 : 334 €/1000 litres de moyenne en Europe
Le prix du lait de mars 2019 affiche une relative stabilité dans l'Union européenne par rapport aux douze derniers mois.
Vignette
Bâtiment d'élevage : Des plaquettes de bois pour assainir l’aire paillée
Dans l'Aveyron, le Gaec des Piades utilise en sous-couche du bois déchiqueté. Il a un effet drainant, permet de réduire fortement…
Vignette
Avec Franck Gaudin, nutritionniste: comment on booste la production laitière aux USA
Nutritionniste aux États-Unis, Franck Gaudin a fait part de ses préconisations pour gérer des systèmes à haut niveau de…
Vignette
L'Inra de Lusignan sécurise un système très pâturant
La diversification des ressources est au coeur du système de la station de l'Inra de Lusignan, dans la Vienne. Pour résister aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière