Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L' hypothermie chez un bovin est un signe fidèle de gravité

Avant toute chose, reprenez la température en allant déposer le thermomètre dans le rectum.
© J.-M. Nicol

" Qu'est-ce qui peut faire baisser la température corporelle à moins de 38°C, voire à moins de 37,5°C ? Comme dans le cas de l'hyperthermie, il peut s'agir d'un biais sur un bovin couché depuis plusieurs heures car la température mesurée non loin de l'anus est très influencée par la fraîcheur ambiante. Dans ce cas, reprenez-la en déposant le thermomètre assez loin dans le rectum et vous verrez sa température remonter sans doute d'un bon degré. Mais lorsque la température d'un veau âgé de 12 à 24 heures marque moins de 38°C au lieu de 39°C, voire un peu plus, c'est à coup sûr le signe qu'il ne s'est pas bien nourri et qu'il souffre à présent d'hypoglycémie et du même coup d'un déficit en anticorps colostraux. Le veau victime d'une diarrhée grave au cours de laquelle il s'alimente insuffisamment souffre de déshydratation et lui aussi d'hypoglycémie qui le met par terre, allongé de tout son long sur un sol froid et bien souvent humide qui lui fait perdre rapidement un ou deux degrés supplémentaires. Mais avec moins de 36°C et malgré les soins il a peu de chances de survivre.

Très souvent, l'hypothermie trahit un état de choc. C'est un signe péjoratif qui peut apparaître à la faveur d'un choc hémorragique, d'une défaillance circulatoire ou parfois même d'une intoxication ; mais la plupart du temps, il résulte chez nos bovins de la production massive de toxines microbiennes. C'est ce qu'on constate au cours de mammites toxiniques graves, de pneumonies bactériennes à un stade avancé ou d'une péritonite qui a envahi l'abdomen, et c'est aussi ce qu'on peut constater dans des diarrhées de veaux d'origine bactérienne. D'un côté, ces infections ont tendance à provoquer de la fièvre tandis que, de l'autre, l'état de choc toxinique la tire vers le bas parfois jusqu'à l'hypothermie qui témoigne toujours de la sévérité de la maladie. Vous l'avez compris, une température rectale trop basse est un signe fidèle de gravité sauf... lorsqu'il s'agit d'un gros bovin devenu incapable de se lever un jour de froid. "

Très souvent, l'hypothermie trahit un état de choc


 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
La filière se dote d’un socle de seize indicateurs de bien-être animal
Les indicateurs seront intégrés dans la charte des bonnes pratiques d’élevage et les premiers audits sont prévus au 1er…
Vignette
« Tous nos sols n’étaient pas prêts au semis direct »
Le Gaec des Émeraudes, dans le Maine-et-Loire, travaille le sol le moins possible. Selon l’historique des parcelles et la…
Vignette
Les leaders laitiers chinois changent de stratégie

Les pays asiatiques proches de la Chine sont la nouvelle cible des grands transformateurs laitiers…

Vignette
Comment tarir les vaches en 2019
Voici les conseils actuels pour une meilleure maîtrise de la période sèche. Une période qui demeure encore un point noir dans…
Vignette
Les coopératives laitières mobilisées sur le renouvellement des générations
Journées des coopératives laitières. Imaginer des démarches d’accompagnement innovantes pour faciliter l’installation mais aussi…
Vignette
« Nous avons choisi la Bretonne Pie Noir »

« Je connaissais la Bretonne Pie Noir grâce à mes grands-parents ; c'est pour cette raison que nous l…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière