Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Faut-il recourir à un conservateur ?

L’ajout d’un conservateur ainsi que son choix se raisonnent en fonction des conditions climatiques, des caractéristiques et de la qualité de l’herbe récoltée.

Répandus dans les pays nordiques, beaucoup moins en France, les conservateurs ont démontré leur efficacité technique. Par contre, ce ne sont pas des produits miracle et ils ne remplacent pas les bonnes pratiques de récolte et de réalisation d’un silo d’ensilage d’herbe. « On peut obtenir une conservation correcte sans additifs de conservation, mais les résultats obtenus en leur absence se montrent plus aléatoires », indique Anthony Uijttewaal d’Arvalis.

La conservation de l’ensilage repose sur une acidification rapide grâce au développement de bactéries lactiques. Les conservateurs doivent faciliter et accélérer cette acidification naturelle au démarrage pour parvenir à pH stabilisé le plus vite possible. À la clé : moins de pertes de matière sèche, une meilleure préservation des valeurs azotées et énergétiques garantissant la qualité du fourrage et donc une meilleure valorisation par les animaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Vous aimerez aussi

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière