Réussir lait 06 octobre 2016 à 08h00 | Par E.Bignon

Vincent Bossard : «La préservation des sols est au coeur de notre système»

Agriculture de conservation. Ramener plus d'agronomie et d'autonomie, tel est le challenge relevé par le Gaec de la Huberdière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sur son exploitation de Saint-Hilaire-de Loulay, en Vendée, Vincent Bossard s'est lancé dans l'agriculture de conservation en 2010.
Sur son exploitation de Saint-Hilaire-de Loulay, en Vendée, Vincent Bossard s'est lancé dans l'agriculture de conservation en 2010. - © E. Bignon

Pour en savoir plus : consulter les 16 questions-réponses relatives au Gaec de la Huberdière.

C'est en 2010 que le semis direct a fait son apparition sur l'exploitation. D'abord sur les céréales, puis sur la totalité des surfaces il y a trois ans. « Tout a commencé quand mon père, alors jeune retraité, s'est retiré de l'exploitation et s'est mis à la pêche, raconte, un brin amusé, Vincent Bossard. C'était au printemps, juste avant les semis de maïs. Mon père passait derrière la charrue pour trouver des vers. Il a traversé toute la parcelle pour constater que celle-ci en était pratiquement dépourvue... » Triste constat qui a conduit les associés à s'interroger et à chercher comment retrouver un sol vivant.

Vincent a alors suivi une formation de trois jours sur le semis direct. « Cela m'a convaincu de l'intérêt du retour à l'activité naturelle du sol et m'a conforté dans l'idée de cultiver sans gros tracteurs ni matériel démesuré. » De plus, si leur motivation première était agronomique, les associés ont aussi vu d'un bon oeil la perspective de réduire le temps de travail à travers cette nouvelle stratégie.

Le Gaec a commencé par simplifier le travail du sol. « Mais dans nos terres sableuses, les dents de la herse rotative s'usaient très vite. » Finalement, après un essai de semis direct de blé réalisé avec le semoir prêté par un voisin, les associés préfèrent s'orienter vers cette voie. « Comme il n'y avait pas de matériel spécifique au sein de la Cuma et que les adhérents étaient davantage intéressés par le semis simplifié, nous avons acheté un semoir d'occasion John Deere 750A pour 20 000 euros. »

Produire du lait le moins cher possible

L'une des étapes importantes est le choix des couverts. Les éleveurs sèment 15 ha de méteil (pois, vesce, féverole), 15 ha de féverole (entièrement restituée au sol) et du trèfle violet dans l'objectif de maintenir un couvert permanent. « Le prochain défi est de réduire l'usage des phytos pour détruire les couverts. Sur féverole, nous avons réussi à nous passer de glyphosate (1,5 l/ha) cette année en la détruisant par roulage. Elle était dense et faisait 1,60 mètre de haut quand nous avons semé le maïs dedans. C'était impressionnant. »

Autre objectif phare du Gaec : produire du lait le moins cher possible. « Nous essayons de trouver le bon équilibre entre les prairies, le sol et l'alimentation et nous adaptons la production et l'alimentation du troupeau à ce que le système peut nous apporter. »

Les 105 laitières (trois quarts de Prim'Holstein et un quart de Brunes) à 8 200 kg reçoivent une ration hivernale semi-complète constituée de maïs ensilage, méteil, foin et VL 2 l. Les éleveurs n'apportent pas de correcteur azoté ; les concentrés représentent 6,7 kg/v/j en moyenne sur l'année. Trente hectares de pâturage sont accessibles aux laitières. Le Gaec souhaite développer encore un peu les surfaces en prairies et travailler en pâturage tournant dynamique.

« L'agriculture de conservation est un vrai challenge technique, considère Vincent. C'est motivant d'essayer de pousser le système toujours plus loin pour le rendre autofertile et autosuffisant. À travers nos choix, nous avons toujours cherché à ne pas faire les choses à moitié et à persévérer. » Après de « belles gamelles les premières années », le Gaec s'estime aujourd'hui sur la bonne voie. Malgré la conjoncture difficile, il dégage du résultat. « Il y a quatre ans, nos résultats économiques étaient moins bons malgré de meilleurs prix. »

Lire aussi nos autres portraits :

"Lilian Gaillard : L'herbe de qualité est notre pilier"

"Gilles Chapron : Nous investissons das les technologies et le conseil"

Gaec la Huberdière en Vendée

SOLS PRÉSERVÉS

- 3 UMO

- 840 000 l de lait livrés

- 105 vaches à 8 200 kg (trois quarts de Prim'Holstein, un quart de Brunes)

- 170 ha (blé, triticale, orge, maïs irrigué, luzerne, prairies)

- 119 600 EUR d'EBE

- 31 % EBE/produits

Clôture au 31 décembre 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous prêt à utiliser des taureaux en monte naturelle ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui