Réussir lait 23 décembre 2002 à 12h01 | Par Franck Mechekour

Viande bovine/Union européenne - Vers un léger déficit en 2008

Sans réforme de la Pac, l´Union européenne se dirige vers un léger déficit entre l´offre de viande bovine et la demande intérieure en 2008, selon une étude récente de l´Institut de l´élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Si la Pac n´est pas modifiée, « le scénario le plus probable semble être celui d´une relative sous-production en viande bovine par rapport à la demande intérieure dans l´Union européenne en 2008 », prévoit le département économie de l´Institut de l´élevage, en se basant sur une consommation revenue à son niveau d´avant la dernière crise de l´ESB. Le léger recul de la consommation de viande par habitant (- 4 % entre 1999 et 2008) serait compensé par l´accroissement de la population.
Par contre, le maintien des quotas « n´empêchera pas l´augmentation des rendements par vache ». Le phénomène serait particulièrement net dans les pays d´Europe du nord où le progrès génétique est élevé (+ 150 kg par vache/an en moyenne). Le nombre de vaches laitières dans l´UE à quinze passerait donc de 20 millions de têtes en 2001 à 18,3 millions en 2006, soit une baisse de près de 2 millions de vaches. Les disponibilités en veaux laitiers pourraient ainsi reculer de 1,6 million de têtes z 2006. Dans le même temps, les effectifs de vaches allaitantes ne progresseraient que faiblement (12,4 millions en 2006 contre 11,9 millions en 2001).
©F. d´Alteroche

Les nouveaux adhérents seront aussi déficitaires
Globalement, la production de viande dans l´UE à 15 baissera d´environ 5 à 8 % par rapport à 1999 avec des reculs très nets en Allemagne (- 20 %) et dans les pays du nord de l´Europe.
Les nouveaux adhérents à l´UE seront également déficitaires en 2008 « sous l´effet d´une restructuration laitière sans perspective de croissance du troupeau allaitant et d´une légère reprise de la demande intérieure, notamment en Pologne ».
La grande inconnue concerne le retour de la viande des animaux de plus de 30 mois en provenance du Royaume-Uni. Mais elle ne devrait pas changer fondamentalement la donne.
Le département économie a également étudié l´impact du découplage total des aides sur les productions de viande bovine. De nombreux producteurs auront intérêt à produire moins, voire à arrêter. Par exemple, les engraisseurs de jeunes bovins dans les zones de culture à bon potentiel auront intérêt à s´orienter vers la production de céréales si le prix de la viande baisse de 20 % après 2004 par rapport à 1999, comme c´est prévu par l´Agenda 2000. Les producteurs de boufs et de génisses se retrouveraient dans le même cas.

Le niveau des charges fixes influencera également la décision de réduire ou d´arrêter la production de viande bovine lorsqu´elles les charges fixes tombent à un niveau très faible par rapport aux aides.
Les éleveurs laitiers seront concernés à deux titres par cette réforme. Ils retrouveraient une plus grande liberté à redévelopper des ateliers de viandes complémentaires. « A l´opposé, l´abandon de l´engraissement pourrait être favorisé en conjoncture incertaine par la poursuite du versement des aides acquises (PSBM, prime à l´abattage). »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Parvenez-vous à effaroucher les oiseaux sur la ferme ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui