Réussir lait 26 mars 2007 à 17h16 | Par Emeline Bignon

Veaux et réforme - Filière Montbéliarde qualité, un plus pour les éleveurs

La filière certifiée Montbéliarde qualité permet d´apporter une plus-value aux éleveurs. Les volumes écoulés chaque année tentent de se stabiliser autour de 9000 têtes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Notre objectif est d´enrayer la diminution du nombre d´animaux intégrant la filière certifiée Montbéliarde qualité, indique Olivier Billerey, animateur de l´association des producteurs le Doubs. Ces trois dernières années, nous sommes parvenus à stabiliser les volumes de bovins auprès notre distributeur Carrefour. » En 2006, les tonnages ont approché 9 000 bovins, dont environ 70 % de vaches de réforme (les 30 % restants concernant les boeufs de plus de 24 mois). Depuis sa création en 1995, l´activité de la filière Montbéliarde qualité a connu des hauts et des bas. Quelques années en arrière, près de 14 000 bovins par an étaient commercialisés.
Mais Olivier Billerey n´en reste pas moins optimiste : « Carrefour affiche une volonté pour privilégier les animaux issus de filière qualité comme la nôtre. » A l´origine de cette démarche inter-professionnelle : un groupement d´éleveurs franc-comtois soucieux de la valorisation de la viande de race Montbéliarde. Le cahier des charges, défini avec Carrefour et la société d´abattage Bigard permet de « garantir une viande de qualité certifiée par un organisme indépendant ». Aucun maillon de la filière n´échappe à ces contrôles : des éleveurs, groupements et négociants à la distribution, en passant par les abattoirs. Sans oublier les fabricants d´aliments du bétail, qui sont habilités à respecter un cahier des charges spécifique.
Une plus-value de 8 c/kg
Aujourd´hui, quelque 2350 élevages sont qualifiés pour prétendre à la certification Montbéliarde qualité. Chaque année, environ 10 % d´entre elles connaissent un contrôle inopiné de l´organisme certificateur. Un système de modulation en fonction des périodes de l´année a été créé pour inciter à une meilleure adéquation entre l´offre et la demande, notamment en été et en fin de campagne laitière.
Le complément de prix varie désormais en fonction des différentes périodes de l´année. ©E. Bignon

Extrait du cahier des charges : l´excès de gras est pénalisé
La première condition du cahier des charges est que les animaux soient de race Montbéliarde et issus d´élevages qualifiés.
L´âge à l´abattage est compris entre 28 et 120 mois pour les femelles.
Le poids de carcasse minimum est de 300 kg pour les femelles.
La conformation est comprise entre O= et R.
L´état d´engraissement est de 2 ou 3.
La durée de pâturage est d´au moins six mois par an.
L´alimentation comprend au minimum 70 % de fourrages, dont 75 % au moins proviennent de l´exploitation.
Les traitements et interventions vétérinaires sont notés et les ordonnances conservées cinq ans.
Les aliments utilisés proviennent de fabricants habilités.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Cherchez-vous à maintenir la production malgré le manque de fourrage ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui