Réussir lait 09 janvier 2015 à 08h00 | Par Franck Mechekour

Une supplémentation en oméga 3 favorable à la fertilité

Comment améliorer la fertilité à l’insémination première ? Des chercheurs de l’Inra de Nouzilly se sont penchés sur la question sous un angle original et prometteur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
« Les acides gras polyinsaturés oméga 3 pourraient réduire la mortalité embryonnaire précoce.
« Les acides gras polyinsaturés oméga 3 pourraient réduire la mortalité embryonnaire précoce. - © Sophie Normant/Inra

En dehors des effets de la sélection génétique observés en particulier en race Prim’Holstein, « de nombreux facteurs de risque d’infertilité peuvent être mis en cause, notamment liés à la gestion des réserves corporelles des vaches », explique Sébastien Elis, de l’Inra(1). Or, « les acides gras polyinsaturés n-3 (oméga 3) pourraient réduire la mortalité embryonnaire précoce, notamment en diminuant les niveaux plasmatiques de prostaglandine F2 alpha ». Pour vérifier cette hypothèse, les chercheurs de l’Inra de Nouzilly ont testé sur des Prim’Holstein une supplémentation en oméga 3 pendant les soixante premiers jours post-partum. Et le test s’est avéré concluant. « La fertilité a été significativement plus élevée à 21 jours et notablement plus élevée à 35 jours après l’insémination. La supplémentation a donc effectivement réduit la mortalité embryonnaire précoce en jouant soit sur la qualité de l’ovocyte, soit sur l’environnement utérin. On est par conséquent en droit d’espérer un plus grand nombre de veaux en cas de supplémentation en oméga 3 », souligne Sébastien Elis.


Une huile préparée à partir d’algues


Bien que très encourageants, ces résultats ne se traduiront pas à court terme par une application concrète sur le terrain. D’abord parce que les recherches vont se poursuivre pour affiner les premières conclusions. Ensuite, parce que si l’effet positif sur la fertilité se confirme, il faudra trouver un mode de supplémentation en oméga 3 qui soit recevable à la fois sur le plan économique (le prix de l’huile de poisson utilisée est à l’heure actuelle très élevé, environ 18 €/kg) et éthique. « Nous avons réalisé nos tests avec de l’huile de poisson parce qu’elle contient des oméga 3 plus efficaces que ceux contenus dans les graines de lin par exemple. Une huile préparée à partir d’algues comprendrait les mêmes composés et serait donc éthiquement plus utilisable que l’huile de poisson. Mais elle n’a pas encore été testée. »


(1) Ces travaux ont fait l’objet d’une présentation aux Journées 3 R 2014.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Parvenez-vous à effaroucher les oiseaux sur la ferme ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui