Réussir lait 13 juin 2018 à 08h00 | Par Annick Conté

Trois conditions pour qu’un marché à terme fonctionne

Alors que le secteur laitier commence à s’intéresser à cet outil pour limiter les effets de la volatilité, retour d’expérience de la filière grain.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour que le marché à terme du lait fonctionne, il faut que tout le monde s'y mette.
Pour que le marché à terme du lait fonctionne, il faut que tout le monde s'y mette. - © Euronext

Dans le blé, le marché à terme ne s’est pas fait du jour au lendemain ; il a fallu une dizaine d’années, rappelle Jean-Loïc Bégué-Turon, en charge de l’activité matières premières agricoles chez Caceis (groupe Crédit agricole)(1). Il fonctionne depuis dix ans. La filière blé ne peut plus s’en passer aujourd’hui : toutes les transactions au sein de la chaîne se traitent en référence au marché à terme. »

C’est un marché financier qui n’est pas fait pour les spéculateurs. « Il est fait pour que chaque maillon de la chaîne, indépendamment l’un de l’autre, puisse aller couvrir son prix de revient, fixer un prix objectif et gérer sa marge » . Les producteurs y accèdent via leur coopérative, le collecteur privé ou directement. « La fin en soi n’est pas de faire ouvrir un compte de marché à terme à tous les producteurs, mais toute la filière doit s’y intéresser : c’est une boîte à outils qui fonctionne uniquement si tout le monde se met à l’utiliser».

Couvrir son prix de revient et gérer sa marge

« Aujourd’hui, les marchés à terme du lait ne fonctionnent pas très bien, notamment en Europe ». Celui lancé par Euronext il y a quelques années a été « un fiasco total ». Mais les Allemands sont en train de s’y mettre. En France, des formations producteurs vont être organisées par l’Ifocap avec Agritel à l’initiative de la FNPL. « Trois conditions sont nécessaires pour qu’un marché à terme fonctionne », affirme ce spécialiste qui gère 1200 comptes dont 900 pour des agriculteurs.

1- « Il faut qu’il y ait un environnement de prix favorable pour que tout le monde se réveille ». Sur le blé, le marché à terme s’est mis à fonctionner « quand le prix s’est mis à monter et baisser en 2007-2008 » et que « tout le monde a réclamé la même chose (un prix moyen) en même temps ».

2- L’ensemble de la filière doit être d’accord et accepter la transparence des prix : c’est le point clé. « Ce qui a bloqué la filière blé à certains moments , c’est la réticence d’acteurs dominants à accepter cette transparence, la compréhension de la construction de la marge des opérateurs. Il a fallu se battre y compris dans le monde coopératif ».

3- La formation est essentielle. Le problème de compétence est un point de blocage. "Il y a vingt ans, les premiers opérateurs de la filière grain sont allés sur le marché à terme pour ne pas stocker. Il ne sert pas à çà ! ».

(1) Lors de l’AG de la FNPL le 15 mars 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous prêt à utiliser des taureaux en monte naturelle ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui