Réussir lait 22 septembre 2008 à 18h09 | Par Rita Lemoine - RLF

transformation laitière - Fusions, partenariats, la coopération en mouvement

À côté des importants mouvements dans le secteur privé en 2007 et début 2008, la coopération signe des alliances qui seront déterminantes pour rester de la partie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La nouvelle usine de mozzarelle de HCI
(Herbignac Cheese Ingredients), fruit du
partenariat entre Eurial Poitouraine, Ingredia,
Bonilait/3A et Sodiaal, vient de démarrer la
fabrication. Elle devrait valoriser 270 millions
de litres de lait et produire 30 000 tonnes de
mozzarelle et 15 000 tonnes de co-produits.
Elle répond à la volonté des producteurs de
l’Ouest de produire plus de lait.
La nouvelle usine de mozzarelle de HCI (Herbignac Cheese Ingredients), fruit du partenariat entre Eurial Poitouraine, Ingredia, Bonilait/3A et Sodiaal, vient de démarrer la fabrication. Elle devrait valoriser 270 millions de litres de lait et produire 30 000 tonnes de mozzarelle et 15 000 tonnes de co-produits. Elle répond à la volonté des producteurs de l’Ouest de produire plus de lait. - © P. Cronenberger

Des mouvements de restructuration importants ont marqué l’année 2007. Un des plus médiatisés a été celui résultant de la liquidation de Toury.

Liquidation de Toury

Une série avec rebondissement qui s’est conclue par la reprise des outils industriels laitiers par le Glac (lait de consommation), Dischamp (fromages), Leche Pascual et Vitagermine. Première conséquence: une nouvelle organisation de l’activité lait de consommation qui avait démarré en 2006 avec l’accord Sodiaal-Orlait. Cette industrie n’est pas pour autant au terme de sa reconfiguration. L’absorption de Toury par le Glac s’avère complexe. Et on peut s’interroger sur l’avenir des différents sites UHT d’une taille modeste qui subsistent dans le Grand-Ouest. Une zone où le groupe Lactalis détient son site de Vitré dans lequel il projette d’investir 15 millions d’euros pour augmenter la capacité de production à 430 millions de bouteilles. La deuxième conséquence de cette transaction concerne les fromages d’Auvergne et plus particulièrement le saint-nectaire. Dischamp est désormais le premier intervenant sur cette AOC.

Rapprochement de Sodiaal avec Bongrain et Entremont

Autres opérations d’envergure: le rapprochement de Sodiaal avec Bongrain dans les fromages et Entremont Alliance dans les poudres. Le pôle fromager (50/50) nouvellement bâptisé CF&R (Compagnie des fromages et Riches Monts), gère 120 000 tonnes de fromages et affiche 500 millions de chiffre d’affaires. Nutribio, détenu à part égale par Sodiaal et Entremont Alliance, produit 40 000 tonnes de poudres et réalise un chiffre d’affaires de 120 millions d’euros. Rappelons que Sodiaal et Entremont Alliance sont par ailleurs partenaires dans la société Beuralia. Ces deux opérations audacieuses ont été annoncées simultanément à la création de Sodiaal Union, une coopérative unique qui a regroupé les sept coopératives de base à l’origine du groupe. Sodiaal prépare par ailleurs à trouver une issue pour sa filiale Yoplait. « Un dossier d’actualité pour 2008», a confié son directeur lors de l’assemblée générale en juin dernier.

■ Regards tournés vers Laïta

Tous les regards sont tournés vers Laïta. Pour ceux qui attendaient « la matérialisation » de Laïta à travers le regroupement des outils industriels laitiers des trois coopératives : Even, Terrena et Coopagri, on n’en a jamais été si près. Les freins semblent être levés. Les trois protagonistes seraient en phase de se mettre d’accord sur les parités et les apports de chacun. Les responsables des trois coopératives ont évoqué une société qui reprendrait la totalité des actifs des trois groupes (usines, salariés, fonds de commerce) et une finalisation avant la fin de l’année. Ce rapprochement conduira à la constitution d’un pôle coopératif pouvant rivaliser avec les grands laitiers français. Sa situation géographique dans le Grand Ouest, région vouée à la production laitière, n’est pas sans susciter les convoitises. Les projections des experts pour la coopération dans l’Ouest sont encore plus ambitieuses. D’aucuns imaginent déjà le nouveau Laïta venant au secours d’Unicopa. Rien ne semble cependant plus complexe pour le moment.

■ Émergence d’un pôle autour d’Eurial Poitouraine

Par ailleurs, un autre pôle coopératif commence à émerger autour d’Eurial Poitouraine. La création de HCI (Herbignac Cheese Ingredients), qui réunit quatre coopératives (Eurial Poitouraine (80 % des parts), Sodiaal, Ingredia et Bonilait) autour de l’usine de mozzarelle qui démarre la fabrication ce mois-ci à Herbignac (Loire-Atlantique), a entraîné la naissance de IDI. Cette société de commercialisation d’ingrédients secs regroupe Ingrédia et Eurial Poitouraine et, dès septembre, les autres partenaires qui interviennent dans HCI. Les poudres (et les beurres) sont devenues rentables en 2007, et il faut maintenant maîtriser l’arbitrage entre les différentes fabrications de produits laitiers pour tirer le meilleur parti des évolutions des marchés. La constitution du puzzle avance, même si les éléments ne sont pas toujours faciles à trouver, ni à placer. Au regard de ces scénarios en construction une question se pose : Quelle sera la place de Sodiaal dans le panorama coopératif qui pourrait émerger en France du fait de ses partenariats avec l’industrie privée ? 3A, son partenaire dans le lait de consommation et les fromages (dans LFO), se pose la question et semble pour l’instant poursuivre sa stratégie d’alliance par métier notamment avec Eurial Poitouraine.

■ Discussions intenses

En attendant de nouvelles annonces, les discussions se poursuivent et restent aussi intenses. Les responsables des coopératives n’excluent aucun type d’alliance et aucun scénario. Les partenariats coopératives – industriels privés sont désormais considérés comme faisant partie du modèle laitier français, même si la visée de la coopération laitière française reste l’indépendance, et c’est encore possible mais jusqu’à quand ? Face à l’accélération des mouvements de restructuration en Europe, notamment dans la coopération avec la création d’un nouveau géant laitier : Campina-Friesland, le temps est compté. ■

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Parvenez-vous à effaroucher les oiseaux sur la ferme ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui