Réussir lait 09 mars 2018 à 15h00 | Par C. Pruilh

Simulation : Mon groupe tracteur en Cuma est dissous, que faire ?

La FRCuma des Hauts-de-France illustre la différence de coût de revient entre un tracteur en propre et un en Cuma, à partir d’un cas réel.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

"Le tracteur est le matériel le plus diffcile à mettre en Cuma et les groupes tracteurs sont les plus durs à pérenniser. Car pour qu’un groupe tracteur fonctionne bien, il faut organiser le travail en commun, des chantiers en commun, avec le ou les tracteurs et le reste du matériel», plante Mathilde Capet, ingénieure animatrice à la FRCuma des Hauts-de-France.

Quand l’organisation n’est pas au rendez-vous, les éleveurs utilisent moins le tracteur, qui coûte du coup plus cher à ceux qui s’en servent. «Et dès que les gens estiment qu’ils ont les moyens de s’offrir leur propre tracteur, ils le font, mettant en difficulté les autres adhérents, qui supportent un prix trop élevé car le tracteur ne fait plus assez d’heures. Résultat des courses, des tracteurs  finissent par disparaître des Cuma.»

Pourtant, l’intérêt économique d’un tracteur de forte puissance partagé est très significatif par rapport à un tracteur en pleine propriété. «Le collectif quel qu’il soit — co-propriété, Cuma, ETA — permet de diluer les charges d’investissement, d’assurance et d’entretien d’un matériel», rappelle Mathilde Capet.

La FRCuma s’est livrée à une simulation à partir d’un cas réel pour appuyer son argumentaire. Une exploitation adhère à un groupe tracteur en Cuma. Ce groupe est dissous et les tracteurs en Cuma sont vendus. Que peut faire l’éleveur ? À quel coût ? La FRCuma a simulé deux cas de figure, qui s’avèrent compliqués à gérer pour l’éleveur.

Situation de départ : des charges de traction de 19 450 euros par an

Nous sommes en 2016 dans une exploitation spécialisée en lait, avec 68 ha (45 ha de prairies permanentes, 6 de prairies temporaires et méteil, et 17 de maïs ensilage), 1,6 UMO et 550 000 litres de lait.

L’éleveur utilise deux tracteurs de Cuma (120cv et 145cv) pour 210 h/an (labour, déchaumage, préparation du sol, fumier…). Il se sert principalement du 120cv.

L’éleveur possède en propre quatre tracteurs, de 45 à 95cv. Il les utilise 2 050 heures par an. La FRCuma a calculé le coût de revient des tracteurs en propriété. Le calcul des Cuma prend en compte l’entretien, le carburant, l’assurance, et un amortissement réel, c’est-à-dire la perte de valeur réelle du matériel ; c’est-à-dire sa décote sur le marché de l’occasion (-13 -14% par an environ). Contrairement aux amortissements pratiqués dans les exploitations, qui ont généralement une logique fiscale et qui ne prennent pas en compte la valeur de revente du matériel. Ce coût va de 3,73€/h à 9,65€/h, suivant le tracteur. «Le plus coûteux est un 85cv de 2003 car il fait peu d’heures. Le 95cv de 2008 coûte 6,84€/h car il tourne bien (1000 h/an). Les éleveurs connaissent rarement le coût de revient de leurs tracteurs.»

Le tracteur de 45cv (1983) coûte le moins cher. «Il fait 350 h/an, mais il fait beaucoup d’heures pour amener de l’eau dans les prairies ! L’optimisation des charges de mécanisation se raisonne aussi à travers des choix techniques et de gestion (reprise de terres, investissement dans un système d’abreuvement dans les prairies…)», commente Mathilde Capet.

Au total, le parc tracteur de l’éleveur lui coûte 14 700 €/an. Le coût facturé par la Cuma est de 4 750 euros. Donc au total, les charges de traction s’élèvent à 19 450 euros, soit 35 €/1000 l.

1 - Cas où l’éleveur veut maîtriser son coût de traction

Il faudra revoir tout le parc matériel. Comme l’éleveur n’a plus accès aux tracteurs de la Cuma, il lui faut acheter un tracteur de 125cv pour pouvoir travailler, et du coup il revend le 95cv. Il estime qu’il fera faire à ce nouveau tracteur 450 heures par an.

Partant d’un objectif de coût de revient de 15 €/h, il faudrait que ce 125cv lui coûte au plus 6 750 €/an, sans compter de frais d’entretien. Ce qui correspond à un tracteur de 30 000 euros. «Ce n’est pas réaliste ! Ce budget correspond à un tracteur qui a déjà dix ans d’âge avec 5000 à 6000 heures de travail au compteur. On peut diffcilement ne pas avoir de frais d’entretien. Même si on profite de la revente du 95cv (11 300€), cela ne change pas le coût de revient et donc l’incidence sur la trésorerie dans la durée. Il faudrait complètement revoir l’ensemble du parc matériel pour l’adapter à des tracteurs de plus faible puissance, analyse Mathilde Capet. 

- © Réussir

2 - Cas où l’éleveur veut conserver le même niveau d’équipement

Un surcoût important. Comme l’éleveur n’a plus accès aux tracteurs de la Cuma, il va acheter un tracteur de 125cv pour remplacer le 120cv de la Cuma qu’il utilisait le plus souvent. Son prix n’a plus rien à voir avec le prix du 120cv acheté par la Cuma en 2010 : «Il faut compter environ 20 000 euros de plus», indique Mathilde Capet. Donc la FRCuma a simulé un achat en propriété en 2010 pour évaluer son coût de revient sur dix ans et le comparer aux factures de la Cuma. Même avec la revente du 95cv devenu superflu, le surcoût est important.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Prenez-vous des mesures de biosécurité ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui