Réussir lait 11 octobre 2018 à 18h00 | Par E.Bignon

Quelles alternatives au manque de valeur des ensilages de maïs?

Selon les régions, il va falloir s'adapter au manque d'ensilage de maïs ainsi qu'à la qualité du cru 2018. Voici quelques produits et co-produits pour compenser un manque de fourrage, d'énergie ou d'amidon dans la ration cet hiver.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les maïs ont souffert de la sécheresse et des fortes températures. Leur valeur alimentaire dépendra du stade de maturité, de l'aspect des plantes à la récolte et de la présence de grains.
Les maïs ont souffert de la sécheresse et des fortes températures. Leur valeur alimentaire dépendra du stade de maturité, de l'aspect des plantes à la récolte et de la présence de grains. - © E. Bignon

Liste des produits et coproduits

Valeurs alimentaires

Au Kg matière sèche

Intérêt pour compenser un manque de fourrage

Intérêt pour compenser un manque d'energie

Intérêt pour compenser un manque d'amidon

Ensilage mais

MS : 32 à 35%

UFL : 0.9 à 0.95

MAT : 7%

AMIDON : 30%

CB :18%

+++

+

+

Pulpe betterave surpressée

MS : 27%

UFL : 1

MAT : 7.2%

AMIDON :

CB : 18%

++

++

-

Betterave fourragère

MS : 17

UFL :1.12

MAT :9%

AMIDON :

CB : 7%

++

+++

-

Pomme de terre

MS :20%

UFL :1.2

MAT :6%

AMIDON :60%

CB :3%

-

+++

+++

Mais epi déshydraté

MS : 90%

UFL :1.08

MAT :7.5%

AMIDON :56%

CB :8.6%

-

++

++

Farine de biscuit

MS :90%

UFL :1.26

MAT :11%

AMIDON : 39%

CB :3.5%

-

+++

+++

Corn gluten feed sec

MS :90%

UFL :1.03

MAT :21%

AMIDON :20%

CB : 8.5%

+

+

+

Wheat gluten feed humide

MS : 55 à 65%

UFL : 1.05

MAT : 18%

AMIDON : 17%

CB :6.5%

++

+

+

Amyplus sec

MS :90%

UFL : 1.05

MAT : 18%

AMIDON :17%

CB :6.5%

-

+

+

MS = matière sèche/ MAT = matières azotées totales / CB = cellulose brute

Source : Seenovia

 

Garder à l'esprit la notion de rentabilité

Dans bon nombre de situations, il faudra redensifier la ration en énergie. "Mais la priorité reste de vérifier la cohérence économique, en veillant à ne pas trop déraper sur le coût alimentaire, alerte Denis Denion, consultant à Seenovia. Il faut se poser les bonnes questions, faire le point sur ses besoins (quantités, coûts...), mesurer l'impact des dépenses engagées et de l'éventuel manque à gagner. Produire à n'importe quel prix risque d'impacter la rentabilité.

Selon les prix des aliments et la réponse en lait, demandez-vous si le jeu en vaut vraiment la chandelle. "Il faut aussi se montrer réactif et analyser la marge sur coût alimentaire au mois le mois, insiste le consultant. N'attendez pas la clôture de l'exercice comtpable pour réajuster le tir!"

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous prêt à utiliser des taureaux en monte naturelle ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui