Réussir lait 04 décembre 2006 à 15h47 | Par Annick Conté

Prospective - Après 2014, mort probable des quotas laitiers

Dans l´Union européenne à 25, la majorité des États membres est contre le maintien des quotas, a affirmé Jean-Pierre Carlier d´Atla le 12 octobre dernier. Les discussions autour de la révision de l´OCM lait ont commencé et vont s´accélérer en 2007.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Il faudra attendre la fin de l´année pour savoir s´il y aura un accord à l´OMC en 2007 ou en 2009, a affirmé Jean-Pierre Carlier, spécialiste de l´Union européenne à l´Atla (Association de la transformation laitière) lors d´une intervention le 12 octobre dernier à l´École nationale supérieure d´agronomie de Montpellier. « Le contenu ne pourra être que très proche de ce qui était sur la table le 23 juillet dernier : les négociations repartiront notamment de la dernière offre faite pour l´Union européenne par Mendelson au niveau de l´ouverture des marchés. Elle reprenait l´essentiel de la proposition du G20(1) et ouvrait donc largement nos marchés de produits laitiers en particulier celui du beurre ». Un accord rendrait définitif aussi l´engagement pris à Hong Kong de supprimer les restitutions au 1er janvier 2014. Au plus tôt, dans l´hypothèse où un accord était signé en 2007, sa mise en oeuvre se ferait de 2008-09 à 2013-14.
En 2012, selon Jean-Pierre Carlier d´Atla, il est probable qu´il y aura en France autour de 60 000 élevages. ©S. Roupnel

Echéance au plus tard début 2008
Autre rendez-vous important pour le secteur laitier, quelles que soient les décisions à l´OMC : la clause de révision de l´OCM lait(2) prévue en 2008. « La préparation de l´échéance 2008 est commencée et va s´accélérer en 2007, avec en plus le projet d´une OCM unique pour toutes les productions, a-t-il souligné. Le système des quotas laitiers est remis en cause car plusieurs pays (Pays-Bas, Danemark, Italie, Royaume-Uni) prônent leur disparition au plus tard en 2015, et dans l´Union européenne à 25, la majorité (pays nordiques, Peco, Italie et Espagne) est contre le maintien des quotas. Le rapport de la Commission prendra également en compte la volonté de l´Europe laitière nordique d´augmenter ses volumes de transformation, d´importation et d´exportation en jouant les atouts de sa compétitivité. Ainsi que le choix politico-économique très libéral des nouveaux États membres et le probable « big-bang » (NDLR la complète déstabilisation des marchés laitiers) de la négociation OMC. »
D´après Jean-Pierre Carlier, plusieurs propositions alternatives d´évolution de l´OCM lait pour la période 2009/2013 pourraient être proposées au Conseil européen par la Commission au plus tard début 2008 :
- Première alternative : une nouvelle baisse du prix d´intervention du beurre de 20 à 25 % (non compensée par l´aide directe laitière ), associée à plus de flexibilité dans la gestion des quotas.
- Deuxième alternative : selon les perspectives de marchés, une diminution de la production/quotas aux alentours de 5 % avec un échange marchand de quotas entre producteurs de différentes régions et pays.
- Troisième alternative : selon le résultat de la négociation OMC, une OCM lait peu modifiée avec plus de flexibilité dans la gestion des quotas.

Suppression du soutien des marchés
Pour l´après 2014, la réflexion de la Commission apparaît déjà à Jean-Pierre Carlier très orientée, avec deux orientations majeures qui se dégagent. « Les produits laitiers ne bénéficieront plus de mesures de gestion des marchés (intervention, restitution, aides à la consommation intérieure) comme toutes les « grandes productions ». Et la suppression du système des quotas laitiers, annoncée avec nuance et diplomatie par la commissaire européenne de l´Agriculture Mariann Fischer Boël dans un discours du 26 juin 2006, a été confirmée fin septembre de manière officieuse lors du dernier Sommet informel qui s´est déroulé en Finlande. »
Pour ce qui est de l´évolution du nombre de producteurs dans les prochaines années, Jean-Pierre Carlier estime tout à fait réaliste, d´après les différents travaux existants (Onilait) « une fourchette de 75 000 à 61 000 élevages en 2012 ». Le scénario de 61 000 élevages lui paraît « le plus probable » ; il conduirait à des exploitations proches de 400 000 kg de référence en moyenne.

A l´horizon 2018, il table sur « l´hypothèse de 45 000 exploitations laitières avec une référence moyenne d´au moins 600 000 kg (à comparer aux 1 450 000 kg annoncés au Danemark en 2015) ». « La libéralisation des marchés va mettre en relief les avantages comparatifs des différentes régions agricoles européennes, » a-t-il conclu.


(1) Groupe des pays émergents : Brésil, Inde, Chine, Afrique du Sud.
(2) Organisation commune de marché.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Cherchez-vous à maintenir la production malgré le manque de fourrage ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui