Réussir lait 01 mars 2006 à 15h56 | Par Franck Mechekour

Prim´holstein - Une baisse de fertilité inégale selon les secteurs

En sept ans, la fertilité s´est dégradée deux fois plus vite dans une région d´élevage de l´Ouest par rapport à une autre. Plusieurs facteurs expliquent cette situation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

En 1995, les taux de réussite moyens des inséminations en Prim´Holstein dans quatre coopératives de l´Ouest de la France étaient tous voisins de 45 %. Sept ans plus tard, la fertilité a baissé dans les quatre zones d´activité. Mais surtout l´ampleur de la dégradation a varié du simple au double (de 4 à 8 %) entre la meilleure zone d´élevage (CIA 1) et la moins bonne (CIA 3). Tel est le constat marquant d´une étude récente menée conjointement par l´Institut de l´élevage et l´Inra(1). Dans la coopérative où la fertilité s´est la mieux maintenue, le taux de réussite a décliné à 41,1 % contre 36,6 % pour le cas le plus préoccupant. « Ce phénomène est lié à l´accumulation de facteurs à la fois de milieu et génétiques », commente Pascale Le Mézec, de l´Institut de l´élevage. La part précise de la génétique n´a pu être évaluée. « On ne peut cependant pas incriminer de taureaux particuliers du CIA 3 pour ces dernières années. »
« Par contre, l´utilisation ancienne de taureaux plus laitiers dans le CIA 3 a créé, sur une longue période, un désavantage en potentiel fertilité dans le troupeau femelle contre un avantage en production(2). » Le niveau génétique laitier des femelles est plus élevé dans le CIA 3 par rapport au CIA 1 (index lait moyen de + 159 kg contre - 138 kg). Côté mâle, « on sait que les taux de non-retour des inséminations Jocko ne sont pas son point fort et qu´il a fait 30 000 IA sur des Prim´Holstein dans le CIA 3 en 2002, alors que l´on n´a pas de taureau à ce niveau d´utilisation qui ait ce défaut dans l´autre CIA. » L´analyse des données a permis aussi de mettre en évidence des différences de conduite d´élevage ayant une influence sur le taux de réussite à l´IA. Dans le CIA 3, l´activité est moins saisonnière et « pénalisée par les mois de printemps moins favorables à la fertilité ». L´âge moyen du troupeau y est un peu plus élevé. La conduite d´élevage est plus intensive.
(1) Cette étude a été présentée à l´occasion des Journées 3 R en décembre 2005.
(2) En Prim´Holstein, la corrélation génétique entre le caractère production laitière et fertilité est négative (- 0,3).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous prêt à embaucher un salarié non issu du milieu agricole ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui