Réussir lait 31 mars 2016 à 08h00 | Par Dossier de la rédaction

Pas de place à l'improvisation avec un grand troupeau

De l’hygiène de traite, à la détection des chaleurs, en passant par le drenchage du colostrum et les parages préventifs systématiques… Différents protocoles doivent intégrer la routine des grands troupeaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un protocole, c'est une méthode, une façon d'harmoniser les pratiques et de prévenir les risques.
Un protocole, c'est une méthode, une façon d'harmoniser les pratiques et de prévenir les risques. - © A. Conté

Les grandes exploitations françaises détiennent pour la plupart entre 100 et 150 vaches. Elles représentent aujourd’hui 10 % des élevages laitiers et rassemblent 22 % des vaches laitières.

En novembre 2015, l’Institut de l’élevage dénombrait près de 6 400 fermes de plus de 100 vaches. Parmi celles-ci, 1 043 comptaient plus de 150 vaches et 222 plus de 200 vaches. Les élevages de plus de 100 vaches étaient deux fois moins nombreux en 2010.

Beaucoup d’élevages s’agrandissent sans rencontrer de difficulté particulière… jusqu’à un pallier critique — variable selon les exploitations — à partir duquel la situation se dégrade brutalement. En cause : un bâtiment surchargé, un excès de travail, des problèmes métaboliques, un suivi du troupeau moins strict…

Une chose est sûre, si les problèmes sanitaires augmentent en proportion de l’effectif, la main-d’oeuvre risque de ne pas pouvoir suivre très longtemps. D’où l’intérêt de miser un maximum sur la prévention. La solution passe alors généralement par un changement de méthodes de travail et une nouvelle organisation.

Avec un grand troupeau, on ne peut plus se permettre de raisonner à la vache. Le troupeau se gère collectivement. Même si la conduite technique ne se montre pas fondamentalement différente, le changement d’échelle amène de nouveaux besoins. Certaines tâches qui ne posaient aucun souci avec un troupeau m o y e n , p e u v e n t devenir longues, fastidieuses ou complexes. C’est notamment le cas pour le nettoyage et paillage des logettes, la surveillance des chaleurs, la conduite du pâturage… Cela exige davantage de rigueur dans la conduite et impose de mettre en place des protocoles.

Un protocole, c’est d’abord une méthode, une façon d’harmoniser les pratiques et de prévenir les risques. Un moyen de s’assurer que le travail est effectué de la même manière, quelle que soit la personne qui intervient.

SOMMAIRE DU DOSSIER

Page 30 : Des règles s’imposent avec un grand troupeau - Mise en place de protocoles

Page 31 : Faut-il conduire les grands troupeaux en lots ?

Page 34 : « Nous essayons de donner le maximum de rigueur à ce que nous faisons » - Le Gaec Monchemin en Vendée et ses 185 vaches

Page 38 : « Nous préférons gérer nos 180 laitières en un seul lot" - Au Gaec Le Val du Jaunay, en Vendée

Page 40 : Un suivi sanitaire de troupeau facturé à l’année - Le Gaec Geneslait en Saône-et-Loire et ses 120 laitières

Page 42 : « Travailler de façon simple » Le Gaec Vaures en Dordogne et son cheptel de 320 vaches

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous prêt à embaucher un salarié non issu du milieu agricole ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui