Réussir lait 28 avril 2003 à 16h34 | Par Annick Conté

Mise à l´herbe - Les vaches s´adaptent aux conditions difficiles

L´Inra de St Gilles, en Ille-et-Vilaine, a mené un essai sur 75 vaches comparant trois scénarios de mise à l´herbe.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les vaches laitières semblent capables de s´adapter sans dommages persistants aux perturbations induites par des conditions difficiles de mise à l´herbe. Telle est la conclusion d´un essai mené par l´Inra-St Gilles. Les chercheurs ont mis en place trois scénarios de mise à l´herbe. Le premier scénario dit « recommandé » correspond à une transition de trois semaines avec une diminution régulière de l´apport de maïs et de concentré, et un passage au pâturage jour et nuit en troisième semaine. En pratique, cette transition est parfois difficile à gérer. Suite à une forte croissance de l´herbe, il peut s´avérer nécessaire d´accélerer la mise à l´herbe : c´est le deuxième scénario dit « écourté » qui se caractérise par une transition réduite à 5 jours avec un accès au pâturage la nuit dès le 3ème jour. A l´opposé , des conditions climatiques froides et pluvieuses rendent parfois nécessaire une rentrée en stabulation. C´est le troisième scénario dit « perturbé » similaire au premier les deux premières semaines ; la troisième semaine les animaux rentrent en stabulation et reçoivent uniquement de l´ensilage de maïs.
©J.-M Guernion


Les traitements expérimentaux ont été appliqués durant les 3 premières semaines, puis les animaux ont pâturé ensemble jusqu´au début juillet pour mesurer les arrière-effets. L´essai a été mené avec 75 vaches Prim´holstein en deuxième moitié de lactation (150 jours), à un niveau moyen de production de 30 kg par jour à 40,8 et 31,4. « Finalement, malgré quelques différences durant les trois semaines de transition, les arrière-effets de ces trois scénarios se sont avérés inexistants, constate Luc Delaby. Lors des 8 semaines qui ont suivi, aucune différence significative n´a été mise en évidence sur la production, la composition du lait et le poids vif ».
En revanche, la transition écourtée du scénario 2 a d´abord eu pour effet d´amplifier l´augmentation du TB observée chez les vaches du lot 1, puis s´est traduite par une chute modérée de la production laitière et le maintien d´un TB élevé. A l´inverse, chez les vaches du lot 3, la rentrée à l´étable a permis de tamponner ces effets, mais seulement durant la période de stabulation. A noter qu´aucune tétanie d´herbage n´a été observée alors que les conditions (pluvieuses) étaient favorables.

La morale de l´histoire selon Luc Delaby ? « Mieux vaut s´adapter aux prairies plutôt que de nourrir les vaches. »


(1) présentée lors des Journées 3R en décembre 2002.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Cherchez-vous à maintenir la production malgré le manque de fourrage ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui