Réussir lait 08 mai 2018 à 14h00 | Par Jean-Marie Nicol

Mammites : Améliorez le score de guérison au tarrissement !

À l’issue du tarissement, 70% au moins des vaches infectées au cours de la lactation devraient être guéries. Tandis que 7 à 10% maximum des vaches saines pourraient s’être infectées. Pourquoi ces objectifs ne sont-ils pas toujours atteints ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
AVEC UNE MAMELLE TRÈS TENDUE APRÈS TARISSEMENT,
cette vache risque moins de s’infecter dans
cette parcelle sous surveillance que sur un
tapis de logette ou sur l’aire paillée.
AVEC UNE MAMELLE TRÈS TENDUE APRÈS TARISSEMENT, cette vache risque moins de s’infecter dans cette parcelle sous surveillance que sur un tapis de logette ou sur l’aire paillée. - © J.-M. Nicol

Qu’est-ce qui plombe le taux de nouvelles infections ?

Voilà des vaches saines jusqu’à la fin de leur lactation et qui s’infectent au cours du tarissement. Elles ont pourtant reçu dans la mamelle soit un obturateur de trayon soit un traitement antibiotique HL (hors lactation). Pourquoi donc, puisque l’obturateur ferme la porte aux infections et que l’antibiotique est censé prévenir aussi les nouvelles infections ?

L’obturateur ferme la porte s’il est correctement posé, mais la moindre souillure présente sur le canal est introduite dans le quartier avec des conséquences à coup sûr, à moins d’y avoir introduit au préalable un antibiotique HL à large spectre (AHL dans le tableau).

Mais l’antibiotique ? Le plan Ecoantibio prévoit de n’utiliser désormais l’antibiotique que de manière curative sur les seules vaches infectées. Et si c’est une contrainte à vos yeux, il n’a que des avantages pour vos vaches! Car, du fait de la surpression de la mamelle, un quart des vaches laitières perdent du lait juste après avoir été taries et/ou juste avant de vêler; elles perdent du lait, et bien évidemment une grande partie du produit de tarissement avec.

On trouve aussi dans cette catégorie des vaches taries au-delà de la durée d’action protectrice de l’antibiotique HL. Ces vaches saines faussement protégées par l’antibiotique HL ou par un obturateur mal posé s’infectent d’autant plus facilement au cours du tarissement que la propreté de l’environnement dans lequel elles évoluent laisse à désirer.

Qu’est-ce qui plombe le taux de guérison au tarissement ?

Au tarissement, des vaches qui se sont infectées ont statistiquement plus de « chances » que des vaches toujours saines de se réinfecter après avoir guéri. Ces vaches infectées reçoivent toutes un antibiotique HL le jour du tarissement. Mais on doit envisager quatre failles possibles :

- Il y a comme précédemment celles qui perdent tout ou partie de l’antibiotique HL dans les premiers jours du tarissement et qui ne guérissent pas faute de parvenir à une concentration antibiotique suffisante...

- Il y en a qui, taries avec peu de lait, parviennent à guérir. Mais parce qu’elles vêlent avec la mamelle sous pression, perdent à la fois le colostrum et le reste de l’antibiotique protecteur. Il y a celles qui sont taries au-delà de la durée de protection de l’antibiotique HL. Ces deux catégories s’infectent de nouveau avant de vêler.

- Il y a aussi parmi les vaches qui ne guérissent pas, celles qui se sont durablement infectées au cours de la lactation par une bactérie devenue indélogeable.

- Il y a parfois — mais c’est rare — des bactéries réellement résistantes à l’antibiotique HL utilisé.

Des pistes pour analyser la situation de votre troupeau

Commencez par regarder le taux de nouvelles infections au cours du tarissement, il en dit long sur les failles. Quant à l’interprétation du taux de guérison, vous avez maintenant compris qu’il pâtit des mêmes failles et qu’il en révèle d’autres. - Avec moins de 10% de nouvelles infections et plus de 70% de guérison, tout va bien. L’hygiène est bonne, vous maniez correctement les obturateurs sur des vaches réellement saines et votre utilisation de l’antibiotique HL que vous combinez sans doute à l’obturateur sur une partie au moins des vaches infectées est judicieuse.

Si vous êtes de ceux qui mettent à toutes les vaches un antibiotique et un obturateur, stoppez l’antibiotique sur les vaches saines en soignant l’hygiène et la qualité de la pose de l’obturateur.

- Si vous maîtrisez le taux de nouvelles infections mais que le taux de guérison est faible, il est possible de l’améliorer en combinant au traitement antibiotique actuel un obturateur. Mais si c’est déjà ce que vous faites, peut-être avez-vous gardé des vaches incurables, peut-être ont-elles plusieurs quartiers infectés ou une bactérie rebelle à l’intérieur.

- Avec plus de 20% de nouvelles infections, il est probable que vous mettez encore un antibiotique à toutes les vaches et que certaines le perdent avec le lait. Une utilisation des obturateurs avec une hygiène de la pose parfaite et sur des vaches parfaitement saines va rapidement améliorer le score si l’hygiène du bâtiment est bonne.

- Si votre troupeau combine un taux élevé de nouvelles infections et un faible taux de guérison, il est probable que pas mal de vaches se réinfectent et qu’une utilisation judicieuse des obturateurs combinés à l’antibiotique HL sur les seules vaches infectées règle du même coup les deux problèmes.

- Avec 10 à 20% de nouvelles infections, toutes les hypothèses précédentes sont possibles.

Voilà en tous cas une discussion à avoir avec le véto prescripteur qui viendra faire avec vous le bilan sanitaire!

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous prêt à utiliser des taureaux en monte naturelle ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui