Réussir lait 11 juin 2007 à 17h50 | Par Costie Pruilh

Maintien de l´activité - Dans l´Ouest, dix propositions pour une filière dynamique

Un rapport sur la filière laitière de la Basse-Normandie, Bretagne et Pays de la Loire, propose un plan d´actions pour soutenir l´emploi dans la filière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Comment maintenir le plus grand nombre possible d´exploitations et d´actifs dans la filière laitière de l´Ouest ? Les conseils économiques et sociaux de Basse-Normandie, Bretagne et Pays de la Loire ont répondu dans un rapport présenté aux conseils généraux des trois régions. Dix propositions ont été formulées, comme « assurer des conditions favorables à l´installation des jeunes et à la transmission des exploitations laitières » ou « conforter l´attractivité du métier d´éleveur laitier dans l´Ouest », en soutenant les actions d´amélioration des conditions de travail et en encourageant l´externalisation des tâches, le remplacement ou le salariat partagé. Les CESR estiment aussi que les systèmes herbagers doivent être soutenus, grâce à la recherche, à l´aménagement d´un parcellaire adapté avec des surfaces pâturables à proximité de la stabulation, à la réintégration des exploitations exclues de la PHAE en 2003.
Pour la régionalisation des aides
Pour l´aval, les CESR proposent entre autres que les efforts de recherche soient mutualisés ; « d´accompagner le mouvement déjà engagé dans l´Ouest d´une gestion commune de la collecte laitière » ; et que les régions s´impliquent pour « favoriser la prospection commerciale pour développer l´exportation de produits laitiers à haute valeur ajoutée ». Les trois régions défendent en outre « la régionalisation des aides PAC pour sécuriser le potentiel laitier et permettre le maintien de la diversité des modes de production. Si l´État confiait aux régions la gestion des aides, nous pourrions défendre plus efficacement la filière et ses nombreux emplois. » La filière compte environ 42 000 UTA chefs d´exploitation et co-exploitants en système spécialisé lait, 3350 UTA salariées dans les exploitations spécialisées lait, y compris ETA et Cuma, 20 000 salariés pour la collecte et la transformation, 2000 administratifs des entreprises laitières, des chercheurs. on arrive à près de 70 000 emplois directs (chiffres 2003).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Parvenez-vous à effaroucher les oiseaux sur la ferme ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui