Réussir lait 27 février 2018 à 14h00 | Par Emeline Bignon, d’après Le producteur de lait québécois
Votre recherche : inaugur (0 fois)

Les vaches préfèrent-elles le pâturage ?

Lorsqu’on leur laisse le choix, les vaches préfèrent largement pâturer si les conditions climatiques s’y prêtent, mais aussi, si elles ont été habituées à sortir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Plus les vaches ont été habituées à pâturer, plus elles sont motivées par le pâturage.
Plus les vaches ont été habituées à pâturer, plus elles sont motivées par le pâturage. - © Franck Mechekour

Le pâturage est plébiscité pour améliorer le bien-être et la santé des vaches. Qui dit pâturage, dit moins de boiteries, moins de blessures, une meilleure expression des comportements naturels, une meilleure santé du pis… Mais, les vaches, elles, qu’en pensent-elles ? À régime alimentaire équivalent, préfèrent-elles le pâturage à la stabulation si on leur en laisse le choix ? C’est la question que s’est posée une équipe de chercheurs canadiens. Entre avril et juin 2012, ils ont réalisé un test de préférence à 32 vaches Prim’Holstein du centre de recherche en production laitière biologique du campus d’Alfred (Ontario). Fait important : ces vaches avaient bénéficié d’un accès quotidien au pâturage les étés précédents ainsi qu’à une aire d’exercice hivernal.

L’essai a comporté un cycle de six jours de test, scindé en trois phases de deux jours(1) : deux jours à l’étable, deux jours au pâturage et deux jours de libre choix où les vaches pouvaient aller au pâturage ou rester dans l’étable. Le cycle a été répété quatre fois avec une semaine de repos entre chaque période. Pour minimiser l’effet de l’alimentation sur le choix des vaches, elles ont reçu un régime alimentaire similaire à l’intérieur et à l’extérieur. À l’étable, elles ont été affouragées avec de l’herbe fraîche à hauteur de 80 % de la matière sèche consommée et de l’ensilage était amené dans une mangeoire au pâturage.

La préférence des vaches au pâturage n’est pas systématique

« Dans l’essai, la grande majorité des vaches sont allées et sont restées au pâturage », observe Elsa Vasseur, de l’université de McGill. Cela a représenté entre 90 à 98 % de l’effectif en semaine 1, 2 et 4. En semaine 3, seulement 40 % des vaches ont choisi le pâturage, « probablement en raison des températures plus froides associées à des conditions pluvieuses et venteuses ».

Mais ce résultat n’est pas systématique dans les différentes études menées antérieurement. « Certaines indiquent en effet une nette préférence pour le pâturage, d’autres pour le pâturage nocturne, et d’autres encore, ne mettent pas en avant de préférence », poursuit Elsa Vasseur. Différents facteurs interviennent pour expliquer la motivation des vaches à pâturer. Celui qui semble important est le niveau de familiarité qu’elles ont avec le pâturage et l’accès extérieur. Les études révélant le niveau de préférence le plus élevé sont celles où les vaches ont le plus l’habitude de pâturer.

« Cela ne veut pas dire pour autant que si la vache n’est pas familière avec l’accès au pâturage, elle n’aura aucune motivation pour y aller, nuance la chercheuse. Même dans les études où les vaches étaient peu habituées au pâturage, elles ont passé de 34 à 54 % de leur temps au pâturage lorsqu’on leur en donnait l’occasion. »

(1) Cycle appliqué 7 h/j entre la traite du matin et du soir.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Prenez-vous des mesures de biosécurité ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui