Réussir lait 13 novembre 2013 à 08h00 | Par Annick Conté

Les appellations d’origine misent sur la recherche et la capitalisation des expériences

Maintenir les savoir-faire spécifiques, optimiser les systèmes fourragers, et assurer la durabilité des filières sont les trois priorités des AOP en matière de recherche. Ces orientations majeures ont été rappelées lors du Congrès de la Cnaol.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Cnaol

L’ambition des AOP laitières sur la recherche est forte. Elles en ont même fait le thème principal du congrès Cnaol (Conseil national des appellations d’origine laitières) qui se tenait à Evian, en Haute-Savoie, fin septembre. « Nos filières doivent s’impliquer au côté des chercheurs et capitaliser les expériences si elles veulent préserver une bonne performance économique, sociale et environnementale », a affirmé en substance le président du Cnaol Dominique Chambon.



Dominique Chambon, président du Cnaol. « Il est essentiel de cultiver nos savoir-faire spécifiques. »
Dominique Chambon, président du Cnaol. « Il est essentiel de cultiver nos savoir-faire spécifiques. » - © DR

Le lait cru, vecteur essentiel du lien au terroir


Un premier cycle d’engagement collectif a démarré il y a cinq ans avec la création du RMT (Réseau mixte technologique) « fromages de terroir ». Ce lieu d’échange a permis de créer des synergies, de mutualiser les moyens et de trouver des financements. « Les actions conduites grâce au RMT ont montré l’importance d’une mobilisation collective de la recherche, des instituts techniques, des structures de développement et des filières AOP. » En témoignent par exemple celles menées avec l’ODG abondance, reconnue « filière de terrain », sur les pratiques des producteurs et la flore des laits, sur les composés d’intérêt nutritionnel des fromages, ou la construction d’une grille d’évaluation de développement durable de la filière. Les résultats sont valorisables par la filière abondance mais aussi par l’ensemble des filières.
Un nouveau projet de RMT est en cours d’agrément pour la période 2014-2018. Ses priorités ont été définies par la commission recherche et développement, nouvellement créée au sein du Cnaol pour renforcer le lien avec les filières. La première, essentielle, est de maintenir les savoir-faire spécifiques par des travaux sur la valorisation de la flore naturelle du lait cru. La deuxième est d’optimiser les systèmes fourragers et l’autonomie alimentaire des exploitations et des zones AOP en travaillant notamment sur le pâturage, les prairies et la complémentarité entre exploitations. La troisième priorité est d’assurer la durabilité des filières. Il s’agit d’étudier la viabilité des systèmes d’exploitation, l’impact global des filières par rapport aux attentes de la société, mais aussi le stockage carbone en prairies.

- © Cnaol

Les aop laitières

• 22 % des éleveurs de VL
• 10 % de la collecte de lait de vaches
• 28 fromages AOP lait de vaches, 3 beurres et 2 crèmes
• Tous laits : 75 % des volumes au lait cru, 25 % du CA secteur fromage et 58 000 emplois directs

Chiffres 2012

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous prêt à utiliser des taureaux en monte naturelle ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui