Réussir lait 25 mars 2014 à 08h00 | Par Emeline Bignon

Le travail est le premier facteur limitant à l'augmentation du cheptel laitier

D’après une enquête de la chambre d’agriculture du Nord-Pas-de-Calais menée auprès de 197 élevages laitiers, 63 % des exploitations envisagent de produire plus demain si les prix se maintiennent.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Vaches laitières au pâturage dans le Nord.
Vaches laitières au pâturage dans le Nord. - © F. Mechekour

Parmi les éleveurs qui souhaitent s’engager dans cette voie, 39 % envisagent d’augmenter leurs effectifs de vaches et 24 % d’améliorer la production par vache. Parmi les facteurs limitants, le travail et les bâtiments sont cités dans 41 % des élevages, suivis par la réglementation environnementale (10 %) et la ressource en fourrages (9 %).
Pour s’adapter aux contraintes liées à la main-d’œuvre, les deux solutions les plus fréquemment citées (28 % chacune) concernent la simplification des techniques d’élevage et l’embauche de salarié. La simplification des pratiques culturales — dont la délégation des cultures — est quant à elle citée dans 17 % des cas, suivie par le choix de la spécialisation (12 %).
Après mise en œuvre de solution pour faire face à la contrainte main-d’œuvre, la capacité de production potentielle pourrait passer en moyenne de 62 vaches par exploitation à 77, soit 15 vaches supplémentaires.


Les systèmes logettes/lisier devraient progresser


Côté bâtiments, les éleveurs disposent en moyenne de 6 places supplémentaires et 38 % projettent d’investir dans l’aménagement de leur bâtiment dédié aux laitières. Trois éleveurs sur quatre s’orientent vers un système logettes ; les conduites logettes/lisier devraient gagner du terrain passant de 19 % aujourd’hui à 28 % demain, au détriment des aires paillées. Près d’un éleveur sur deux a en tête un projet d’équipement (16 % dans un racleur, 13 % dans un matériel de distribution, 7 % dans un DAC ou DAL). Concernant la traite, un éleveur sur quatre se dit prêt à allonger son temps de traite, et un sur trois envisage des investissements en matière d’équipement. Parmi eux, 40 % comptent augmenter le nombre de postes et 60 % visent un changement de système de traite, dont la moitié pour passer en robot.
Enfin, la surface d’épandage limitante, le régime installations classées et la capacité de stockage des effluents apparaissent chacuns un frein pour un quart des élevages.


(1) dont 54 % spécialisés

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Prenez-vous des mesures de biosécurité ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui