Réussir lait 03 mars 2014 à 08h00 | Par Sandra Roupnel

Le lupin, la « petite » culture qui remonte

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Véritable concentré 
sur pied, le lupin peut 
être une solution face 
à l’envolée du prix des matières premières.
Véritable concentré sur pied, le lupin peut être une solution face à l’envolée du prix des matières premières. - © S. Roupnel

« Cultivé en Poitou-Charentes, le lupin ne serait jamais arrivé dans nos régions sans un grain de folie chez des éleveurs », raconte Gérard Bavière, conseiller cultures à la chambre d’agriculture du Calvados. Que le lupin soit blanc, bleu, d’hiver ou de printemps, le plus gros challenge dans les régions tardives reste de récolter un lupin sec à une période favorable, idéalement la deuxième quinzaine d’août. La date de semis est déterminante, tout comme le choix des parcelles et de la variété. « Misez sur une variété précoce. Les variétés Feodora et Arabella sont les plus adaptées en lupin de printemps. Il y a quatre ans, l’arrivée de Feodora, plus précoce et moins sensible aux maladies que Amiga, a mis du baume au cœur des amateurs de lupin en Normandie », se souvient Gérard Bavière. En lupin d’hiver, Lumen et Clovis sont les variétés qui résistent le mieux aux maladies et au froid. La sélection relativement récente du lupin d’hiver a permis d’améliorer le rendement grâce à une floraison plus courte et plus efficace que les variétés traditionnelles.

Gérard Bavière, conseiller cultures à la chambre d’agriculture du Calvados.
Gérard Bavière, conseiller cultures à la chambre d’agriculture du Calvados. - © S. Roupnel

Des efforts sur la sélection


Culture mineure, le lupin peut souffrir d’un manque d’homologation de produits phytosanitaires.
« En désherbage, le mélange triple Centium 36 CS, Prowl 400 et Cent 7 permet tout de même de s’affranchir d’une bonne partie des mauvaises herbes, estime Gérard Bavière.
Le désherbage mécanique est aussi possible. Quelle que soit la méthode, il faut veiller à ne pas rater le désherbage post semis. »
Côté maladies, l’anthracnose et la rouille sont les plus à craindre.
Un traitement des semences s’impose contre l’anthracnose pour le lupin blanc. Quelques produits sont autorisés en cas d’intervention. En lupin d’hiver, la semence doit être traitée contre la mouche du semis. Les attaques de limaces peuvent être redoutables et sont à surveiller. Et Gérard Bavière de conclure : « Le lupin est une plante rustique qui nécessite peu d’interventions par rapport à un pois par exemple. Les rendements dans nos régions tardives peuvent parfois atteindre 60 q/ha et sont plus élevés qu’au sud de la Loire pour des teneurs
en protéines plus faibles. Dans nos régions, il est souvent nécessaire d’utiliser une dose de semis supérieure aux préconisations. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Prenez-vous des mesures de biosécurité ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui