Réussir lait 19 novembre 2014 à 08h00 | Par Costie Pruilh

Le lait de consommation prépare ses armes face à la crise

Le lait de consommation est à nouveau en crise.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Syndilait travaille à une démarche collective d’identification
et de valorisation des laits collectés et conditionnés en France.
Syndilait travaille à une démarche collective d’identification et de valorisation des laits collectés et conditionnés en France. - © J. Chabanne

« La collecte laitière est abondante, et la demande mondiale se tasse, en raison des guerres, crises politique et économique. Les outils de fabrication de poudres et de beurre ne sont pas encore opérationnels. Par conséquent, le lait de consommation joue à plein le rôle de lait de dégagement », dépeint Emmanuel Vasseneix, vice-président de Syndilait, l’organisme
professionnel du lait de consommation.
Du lait d’Espagne, d’Allemagne, de Belgique, d’Irlande, de Pologne… arrive en France. « Les transformateurs français ont perdu des parts de marché face à des industriels étrangers
qui pratiquent des prix de dégagement couvrant leurs seules charges fixes. Cette concurrence porte essentiellement sur les premiers prix et la restauration hors foyer… pour l’instant. »


Syndilait prépare un identifiant visuel collectif à apposer sur les emballages


Syndilait estime ainsi que les importations de lait de consommation augmenteront de 40 % dans les six prochains mois, soit environ 100 millions de litres de lait supplémentaires sur le marché français. « Ce volume correspond à la production d’une laiterie employant plus de 150 personnes et s’approvisionnant auprès de 200 fermes en France. »
Pour se défendre contre cette invasion destructrice pour la filière laitière, mais aussi pour l’économie toute entière, Syndilait travaille à une démarche collective d’identification
et de valorisation des laits collectés et conditionnés en France. Celle-ci doit aboutir avant la fin de l’année 2014, à la création d’un visuel collectif, à apposer sur les emballages des produits. « Nous n’avons pas repris le logo Eleveur laitier de France, parce que nous voulons garantir un lait collecté et transformé en France », souligne Emmanuel Vasseneix.
En attendant, Syndilait appelle les consommateurs à jouer le patriotisme économique, en repérant l’estampille sanitaire figurant sur les emballages et commençant par FR pour
la France.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Prenez-vous des mesures de biosécurité ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui