Réussir lait 30 août 2018 à 15h00 | Par E.Bignon

« La caméra a montré un manque d'accès à la ration la nuit »

Au Gaec Chez Palot dans le Rhône, le recours à la caméra a permis de faire défiler le film alimentaire du troupeau sur 24 heures. Très pédagogiques, les images révèlent le comportement des animaux à l'auge. Avec quelques surprises à la clé.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Alexandre Gonin. "La caméra nous a ouvert les yeux sur la nécessité d'adapter la distribution de la ration au rythme des vaches."
Alexandre Gonin. "La caméra nous a ouvert les yeux sur la nécessité d'adapter la distribution de la ration au rythme des vaches." - © E. Bignon
« Nous avons fait fausse route pendant des années, reconnait Mikael Gonin, installe avec son frère  Alexandre, à Amplepuis dans le Rhône. Le matin, on était content de voir toutes les vaches se lever pour venir à l'auge. On pensait que c'était bon signe. Signe qu'elles étaient en forme et prêtes à manger pour faire du lait ! En fait, si elles se précipitaient à l'auge, c'est parce qu'elles avaient le ventre vide depuis des heures ! » Aujourd'hui, les 110 Montbéliardes à 8 000 kg de moyenne ne se précipitent plus vers la table d'alimentation dès qu'elles entendent la mélangeuse démarrer le matin."

- © E. Bignon

L'observation des vaches de nuit est très instructive

« Le fait de pouvoir filmer avec une caméra ce qui se passe dans le troupeau pendant 24 heures nous a ouvert les yeux, témoignent les éleveurs. Les scènes de nuit sont particulièrement marquantes. L'agitation du troupeau nous a particulièrement frappés. La nuit, il y avait des vaches couchées, mais aussi beaucoup de vaches assez nerveuses qui se déplaçaient, et d'autres qui stagnaient debout dans les couloirs. » Autre fait surprenant : plus aucune vache ne se présentait au cornadis à partir de 22 heures... Et pour cause, il ne restait qu'un mince filet de fourrage, hors d'atteinte. Pourtant, la ration était repoussée à 19h 30. « On était loin d'imaginer ça ! On savait que la ration n'était pas forcément distribuée à volonté à l'auge (19,5 kg MS) mais on ne se doutait pas que les vaches restaient dix heures sans manger ! »


Toutes photos visualisant le film alimentaire heure par heure, assorties d'un commentaire, figurent dans le pdf en bas de page.
Toutes photos visualisant le film alimentaire heure par heure, assorties d'un commentaire, figurent dans le pdf en bas de page. - © E. Bignon

Trois modalités de distribution ont été expérimentées

« La manière dont les vaches trient la ration nous a aussi sauté aux yeux. Elles poussent les cornadis avec les épaules et reportent toute leur charge sur les pattes arrière, ce qui sollicite fortement leurs aplombs. » Avec l'appui du Spel, le Gaec a aussi testé et filmé deux autres modalités de distribution pendant une semaine chacune : le soir à 17 heures (avec quatre repousses manuelles) et le matin avec huit repousses effectuées par un robot repousse-fourrages. C'est cette derniere modalite qui a permis de mieux repartir
la prise alimentaire au fil de la journée. Suite à l'essai, les éleveurs ont d'ailleurs decidé d'investir dans cet équipement (14 000 EUR).
« Le troupeau est désormais plus calme. Nous n'observons plus l'effet 'vaches affamées' le matin. Après la traite, elles vont se coucher. On en voit beaucoup moins qui restent debout, et s'il y en a une, c'est pour une bonne raison (chaleurs, etc.). » Les éleveurs ne relèvent pas de mouvement massif vers l'auge quand le robot passe. «C'était ma crainte, mais finalement, les vaches n'y prêtent pas vraiment attention. »

Les éleveurs apprécient aussi le fait de pouvoir régler la distance à laquelle le robot repousse la ration. "Nous avons deux choix possibles. En journée, le robot repousse 70 % de la ration restante, et 100 % la nuit. Cela évite de concentrer sur la nuit une ration que les vaches ont pu trier au fil de la journée, et qui comporte donc une plus forte proportion de particules supérieures à 20 mm."

Comment est utilisée la caméra?

L'idée est d'installer une caméra pour suivre la vie du troupeau pendant 24 heures et réaliser un film en mode time-lapse. Il s'agit d'une animation vidéo réalisée par une série de photographies prises à intervalles
réguliers (toutes les dix secondes) pour présenter en accéléré l'evolution du
troupeau sur une journee complète. En visualisant un film de 15 minutes, on peut ainsi apprécier objectivement le rythme d'ingestion des animaux et mettre en avant des points clés sur la compétition à l'auge, le comportement de tri, l'accèsàa l'eau, la circulation, etc. C'est un outil très pédagogique qui permet d'élargir notre vision restreinte de la journée du troupeau. Concrètement, nous plaçons la caméra grand angle à un emplacement stratégique pour visualiser un maximum de lieux de vie (zones d'alimentation, de repos, de circulation). Il est important de l'installer de facon à pouvoir aussi observer les remplissages de rumen, côté flanc gauche visible.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous prêt à utiliser des taureaux en monte naturelle ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui