Réussir lait 22 août 2017 à 08h00 | Par Christophe Reibel

L’Allemagne s’intéresse de plus en plus aux marchés à terme

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © S. Leitenberger - archives

De plus en plus d’opérateurs de la filière laitière allemande cherchent à sécuriser leurs prix à travers le marché à terme. À Leipzig, l’European Energie Exchange (EEX) qui gère ces instruments depuis mai 2015, fait état d’une hausse de 20 % du nombre de contrats et des volumes souscrits durant le premier trimestre 2017 : 6178 pour 30 840 t de beurre, de poudre écrémée et un peu de poudre de lactosérum. L’anonymat des ordres empêche de savoir quelles sont les entreprises, les négoces, voire les éleveurs à titre individuel, qui s’intéressent à ces outils. L’EEX est certain d’une chose : « nos séances d’information font le plein ! ». D’où une confiance certaine dans le fait qu’ils finiront par s’imposer au quotidien. La création d’options de contrat en lait cru donnerait sans doute un sérieux coup de pouce à ce marché. La filière les réclame. L’EEX devrait se prononcer sous peu sur leur faisabilité. La principale pierre d’achoppement semble être l’absence d’un prix de référence européen reflétant de manière fiable l’état du marché. Actuellement les données de prix publiées sont vieilles de deux mois.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Cherchez-vous à maintenir la production malgré le manque de fourrage ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui