Réussir lait 02 juillet 2004 à 13h05 | Par Costie Pruilh

Industriels laitiers - Les transformateurs scrutent l´évolution de la carte laitière

Pour doper la compétitivité de la filière laitière, la Fnil propose entre autres la création de formes de contractualisation entre éleveurs et industriels.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

A quoi ressemblera la carte de la répartition de la production laitière demain ? Le thème de l´assemblée générale de la Fnil était l´évolution de la structure des approvisionnements des industries laitières. Les entreprises craignent que la baisse des prix, alliée au découplage, conduise à une baisse de production. Les cessations d´activité pourraient pénaliser l´approvisionnement en lait, notamment dans certaines zones déjà déficitaires, et donc mettre en péril des outils industriels.
Frédéric Chausson, du Cniel, a souligné que ne plus produire son quota expose à la remontée en réserve de son droit à produire et donc à une perte de valeur patrimoniale. « Par ailleurs, une étude du Contrôle laitier montre que 35 % des exploitations ont des capacités en bâtiment et alimentation pour élever des animaux supplémentaires. Il est donc peu probable qu´on assiste à une baisse de la production ».

Selon différentes études, les élevages les plus susceptibles d´être touchés par le découplage sont ceux où le producteur a plus de 55 ans (20 000), les exploitations mixtes culture ou viande (20 000) et les exploitations qui ne sont pas aux normes. Enfin, Frédéric Chausson a présenté une projection « optimiste » du nombre d´exploitations en France : 55 000 au Nord de la Loire et 23 000 au Sud à l´horizon 2010, contre 80 000 au Nord et 35 000 au Sud aujourd´hui. Les références augmenteraient de plus de 40 %.

Pour une flexibilité des quotas
En deuxième partie d´assemblée générale, Xavier Paul-Renard, président de la Fnil, a proposé cinq leviers pour améliorer la compétitivité de la filière laitière française. En premier lieu, trouver un accord de prix qui réponde à trois objectifs : limiter les pertes importantes générées par le beurre et la poudre, réduire l´écart de compétitivité avec l´Allemagne, la Belgique, etc, et suivre l´évolution des marchés.
Il s´agit aussi pour les industriels d´agir sur la maîtrise de la production, avec des quotas flexibles en fonction des réalités du marché ; mais aussi avec une gestion nationale des références laitières plus fluide. Xavier Paul-Renard a plaidé pour une révision de la réglementation afin d´éviter « les rigidités inutiles au niveau de l´organisation économique de la production et créer un certain lien entre les nouveaux droits à prime et les quotas laitiers ». La Fnil propose des formes de contractualisation entre les producteurs et les laiteries. Le quatrième levier est le développement de l´innovation.

Enfin, Xavier Paul-Renard estime que « c´est en maintenant une palette d´entreprises de tailles différentes que la filière française pourra continuer à proposer autant de produits différents, facteur essentiel du développement de la consommation. L´augmentation de la valeur ajoutée et de la compétitivité ne passe pas nécessairement par la massification. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Prenez-vous des mesures de biosécurité ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui