Réussir lait 28 juillet 2004 à 16h40 | Par Franck Mechekour

Filière Lait et vente directe - Un projet à moins de 50 000 euros, c´est possible !

Le montant des investissements varie selon la gamme de produits proposée, le circuit de commercialisation, le statut sanitaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

«Les investissements liés à la vente directe peuvent être au départ assez limités pour évoluer ensuite en fonction du développement de l´activité », souligne Emmanuel Béguin. C´est notamment le cas de l´élevage de M. et Mme Juste dans le Pas de Calais (lire article« Une gamme diversifiée ... »).

Il est recommandé de contacter un conseiller (technicien d´une association de vente directe, chambre d´agriculture) pour évaluer le montant des investissements, se renseigner sur les aides existantes et se procurer la liste des fabricants de matériels.

A part le cas extrême du producteur fermier qui veut par exemple investir dans une cave d´affinage, « il est possible de démarrer une activité en investissant moins de 50 000 euros ».

Le montant dépend du type de produits fabriqués, du circuit de commercialisation et du statut sanitaire de l´atelier (lire page 38). Dans les cinq cas concrets analysés dans l´étude coordonnée par l´Institut de l´élevage(1), les investissements spécifiques à la vente directe varient de 5 000 euros à 62 000 euros. L´exemple le moins cher correspond à une exploitation transformant 35 000 litres de lait en crème et lait cru. Les produits sont essentiellement vendus auprès d´une GMS (67 %) et sur les marchés (13 %). Le gros de l´investissement est lié à l´achat d´occasion d´une machine à berlingots (2 130 euros) et d´une vitrine réfrigérée (1 100 euros) en 2001.
Une autre exploitation transforme 290 000 litres de lait en beurre (98 %) vendu à une GMS. La chambre froide (6 900 euros) et le véhicule (6 000 euros) expliquent l´essentiel des charges. L´exploitation ayant investi 62 000 euros a une gamme et un circuit de commercialisation très diversifiés. Les locaux, aménagés de manière à répondre aux normes européennes, représentent plus de la moitié de l´investissement (36 000 euros).
Ne pas oublier les investissements liés aux locaux
Le tableau ci-contre donne des prix indicatifs pour quelques équipements. Il faut ajouter à ces montants les investissements liés à l´aménagement des locaux prévus pour la transformation. Il est d´ailleurs prudent de démarrer à petite échelle, et de faire évoluer ensuite l´atelier, si l´on ne connait pas dès le départ le potentiel de vente.

Autres montants à prendre en compte : ceux liés au stockage des emballages, à la vente directe à la ferme. Sans oublier le véhicule destiné aux tournées ou à la vente sur les marchés.

(1) La vente directe de produits laitiers : c´est possible, moderne, rentable. Vivre du lait en Nord-Pas-de-Calais, Picardie et Haute Normandie. Institut de l´élevage, Chambre d´agriculture, ARVD, AVDPL - Juin 2003.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous prêt à embaucher un salarié non issu du milieu agricole ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui