Réussir lait 10 février 2006 à 17h24 | Par Denis Lucas

Filière bois-énergie - Une déchiqueteuse forestière pour développer la filière dans l´Orne

Depuis 2004, la Cuma départementale de l´Orne utilise une déchiqueteuse forestière à grappin. Elle a remplacé une machine à alimentation manuelle qui demandait plus de main-d´oeuvre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Depuis longtemps, nous étions plusieurs à nous poser la question de valoriser le bois des haies au lieu de le brûler dans les champs, témoigne Claude Harivel, président de la Cuma Innov 61, dans l´Orne. C´est en découvrant les chaudières automatiques que nous avons pu démarrer le déchiquetage ».
En 2000, une première machine à alimentation manuelle est achetée dans le cadre de la Cuma départementale, car les utilisateurs sont répartis sur l´ensemble du département. « Nous avons démarré avec 12 adhérents, explique le président de la Cuma. Seuls trois ou quatre d´entre nous avaient une chaudière. Ils avaient besoin de 20 à 40 m3 de plaquettes pour une année, soit un à deux jours de déchiquetage. Les autres valorisaient les plaquettes pour le paillage de stabulation ».
La déchiqueteuse a travaillé 300 heures la première année, soit le double de ce qui était prévu. ©D. Lucas

Il fallait trois personnes au minimum sur le chantier pour alimenter la déchiqueteuse. Après une première année sans problème, les agriculteurs se sont rapidement aperçus qu´ils allaient manquer de main-d´oeuvre.
« En 2003, nous avons commencé à réfléchir à l´acquisition d´une plus grosse machine avec une alimentation par grappin pour diminuer le besoin de main-d´oeuvre et avoir un coût de production des plaquettes moins élevé. »
Les 35 à 40 adhérents de l´ancienne machine constituaient une base suffisante pour investir dans une plus grosse machine. A côté de cela, plusieurs collectivités de l´Orne avaient équipé des bâtiments publics avec des chaudières à plaquettes et étaient demandeuses de bois. Finalement, la machine a travaillé 300 heures pour sa première année, soit le double de ce qui était prévu.

Claude Harivel est chargé de centraliser les demandes et d´organiser des tournées pour limiter les déplacements sur la route. Toutefois, il ne prévoit souvent qu´un chantier par demi-journée car les agriculteurs ont du mal à estimer le volume de bois qu´ils ont à déchiqueter et donc le temps d´utilisation de la machine.
Aujourd´hui, le déchiquetage est une prestation complète assurée par une Intercuma. La déchiqueteuse appartient à la Cuma Innov 61 et elle est mise en oeuvre par un chauffeur et un tracteur de la Cuma Auvraisienne, une autre Cuma de l´Orne qui a dégagé du temps pour cette activité. L´utilisation du grappin demande un certain apprentissage. L´entretien de la machine s´apparente à celle d´une ensileuse avec un changement de couteaux toutes les 20 heures de travail. « L´efficacité du chantier dépend beaucoup de sa préparation, remarque Claude Harivel. Le rendement moyen est de 30 m3/heure avec des extrêmes entre 15 et presque 60 m3/heure. Pour faciliter l´usage du grappin, il faut aligner le bois avec tous les pieds du même côté et l´entasser mais pas trop, pour éviter que les branches s´emmêlent. »

Chiffres clés
 Investissement de 145 000 ? HT subventionné à 40 %.
 La prestation est facturée 170 ?/heure (tracteur et chauffeur compris).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous prêt à utiliser des taureaux en monte naturelle ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui