Réussir lait 30 mars 2007 à 15h48 | Par Annick Conté

Evolution des exploitations - Au 1er avril 2006, la France comptait 97 970 exploitations laitières

En raison de l´accroissement du nombre de sociétés, la référence moyenne de livraison de lait par exploitation augmente. Selon l´Office de l´élevage, en avril 2006, elle était de 242 000 litres.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Selon l´Office de l´élevage, il restait au 1er avril 2006 2,7 % exploitations laitières de moins qu´un an plus tôt. La barre des 100 000 est franchie avec 97 970 livreurs et vendeurs directs. Les exploitations livrant en laiterie (et titulaires de moins de 20 % de quantité de référence « vente directe ») se chiffrent à 94 928 avec une référence moyenne de 242 000 litres.
La baisse du nombre de livreurs se ralentit par rapport à 2005
La baisse du nombre de livreurs semble donc se ralentir en 2006 alors que 2005 avait connu une diminution importante (- 6,1 %) suite à la revalorisation du barême de l´aide à la cessation laitière (Acal). La restructuration retrouve un rythme proche de celui des dix dernières années hors 2005. A noter que le taux de diminution du nombre d´exploitations n´a jamais été aussi faible depuis dix ans pour les zones de montagne (il est même légèrement plus faible qu´ailleurs). Au total, 29 % des exploitations détiennent entre 200 et 300 000 litres de lait. Près de 27 % des exploitations ont plus de 300 000 litres de lait. La classe des 240-300 000 litres qui était jusqu´alors en progression semble se stabiliser. Ceci parait traduire, d´après l´Office de l´élevage, une élévation du seuil considéré comme viable pour la reprise d´ateliers laitiers.
L´augmentation de l´importance des sociétés laitières se poursuit dans la continuité de la tendance observée depuis 2005 : progression nette des EARL (hausse de 140 % en onze ans), stabilité des Gaec et autres formes sociétaires, et baisse des exploitations individuelles (57 % en onze ans). Au niveau du litrage, les Gaec affichent une progression supérieure à la moyenne nationale (+14 600 litres contre en moyenne 10 000 litres). Et en 2006, le quota détenu par les Gaec (39 %) dépasse pour la première fois celui détenu par les exploitants individuels. Au total, les formes sociétaires produisent 65 % du quota national.
La diminution du nombre de livreurs entre 1995 et 2006 est moins marquée dans le Nord-Est
L´analyse du rythme de la restructuration des exploitations laitières entre 1995 et 2006 amène à distinguer trois grandes zones :
. Une zone de restructuration moyenne à modérée : le Nord-Est (hors Alsace et Est de la Bourgogne). Le rythme est bien inférieur à la moyenne nationale (qui est de -36 % sur onze ans)
. Une zone de restructuration moyenne le Nord-Ouest (Bretagne, Pays de la Loire, Est de la Basse Normandie), le Centre-Sud et les Alpes.
. Une zone de restructuration importante : le Sud-Ouest, le centre-Nord-Ouest, le centre Sud-Est et l´Alsace. Le rythme est supérieur à la moyenne nationale. Certains départements voient le rythme de déprise laitière s´accélérer sur les deux dernières années. Ils sont situés principalement dans le Sud-Ouest et dans la région Rhône-Alpes. L´Aisne et le Haut-Rhin sont également concernés.
Diminution du nombre de livreurs entre 1995 et 2006 ©Source : Office de l´élevage

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous prêt à embaucher un salarié non issu du milieu agricole ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui