Réussir lait 05 janvier 2005 à 17h34 | Par Emeline Bignon

Ensilages maïs 2004 - Adapter la complémentation à la richesse en amidon

Le cru de maïs ensilage 2004 est de qualité satisfaisante. Pour la complémentation, il faudra veiller à couvrir les besoins en azote soluble et limiter les apports en céréales.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Le millésime maïs fourrage 2004 est de bonne qualité », estiment bon nombre de techniciens. Sans atteindre des records, les rendements sont semble-t-il très corrects sur l´Hexagone.
Dans les Côtes d´Armor, le Contrôle laitier signale « de bons rendements avec un rapport épis sur plantes dans la moyenne. » Dans différentes régions, comme en Lorraine et dans le Massif Central, les niveaux de rendements obtenus permettent de renflouer les stocks, mis à mal avec la sécheresse de 2003.
Dans les différentes régions, la majorité des ensilages ont été réalisés entre 30 et 35 % MS, soit le taux de matière sèche recommandé. Un bémol toutefois pour les ensilages récoltés tôt dans la saison. Ces derniers présentent des taux de matière sèche inférieurs, plus proches de 26-27 % MS. « Moins secs, les ensilages risquent d´être moins bien ingérés par les animaux », estime Benoît Portier de l´EDE du Finistère indiquant des taux de matière sèche en retrait (30 % MS en moyenne).
Des économies sur le concentré seront certainement possibles cette année. ©F. Mechekour

En termes de qualité, les maïs 2004 semblent assez riches en amidon, avec des taux souvent supérieurs à 30 %. « Inutile donc de forcer sur la complémentation en céréales, soulignent les techniciens. Il ne sera pas forcément nécessaire d´enrichir la ration avec du blé, car en augmentant la part de glucides fermentescibles, les risques d´acidoses guettent. » « Avec des ensilages riches en amidon et pauvres en cellulose, un apport de fibres sera indispensable pour faire ruminer les vaches », prévient encore Alain Bourges, du Contrôle laitier d´Ille-et-Vilaine.
La digestibilité apparaît globalement bonne et explique les valeurs énergétiques élevées. Des niveaux de concentration énergétique voisins de 0,91 UFL se retrouvent dans de nombreux départements. Ces valeurs atteignent même 0,92 à 0,93 UFL/kg MS en moyenne dans les Pays de la Loire.
Pour l´azote, les premières analyses annoncent des valeurs en baisse, avec une MAT de 7,1 % MS au niveau national. Des économies sur le concentré seront certainement possibles cette année, mais il faudra veiller à bien complémenter en azote soluble pour équilibrer les rations.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Avez-vous installé une brosse dans votre stabulation pour le confort des vaches ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui