Réussir lait 01 août 2003 à 17h24 | Par Annick Conté

Elevage laitier aux Pays-bas - Une certification qualité obligatoire : KKM

A l´initiative de la filière laitière, tous les producteurs de lait sont obligés depuis 1998 d´adhérer à la démarche KKM.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Aux Pays-Bas, c´est simple : il n´ existe qu´une seule démarche qualité pour toutes les exploitations laitières, KKM.
Mais elle est obligatoire. C´est une initiative commune des producteurs et transformateurs (et non des pouvoirs publics) pour renforcer la position commerciale des produits laitiers néerlandais.
Elle repose sur six modules : médicaments vétérinaires, santé et bien-être, alimentation et eau, traite et aménagement du local, nettoyage et désinfection, environnement et déchets. Les 200 producteurs fermiers néerlandais, au départ exemptés, doivent désormais y souscrire aussi.
Les élevages reçoivent la visite d´un inspecteur tous les deux ans; il leur en coûte 135 euros/an. Environ 10 % d´entre eux se font épingler sur un point (le plus souvent les médicaments) et doivent subir une deuxième inspection (facturée 170 euros).

135 euros par an pour être inspecté
A l´avenir, les producteurs, avertis actuellement 5 jours à l´avance d´un contrôle, le seront le jour même. Les rares éleveurs exclus de KKM paient des pénalités variables suivant les entreprises (0,09 euros/l pour Friesland), certaines entreprises privées (Nestlé.) refusent de collecter le lait.
Une vingtaine d´éleveurs résiste et refuse d´adhérer à la démarche tout en satisfaisant aux conditions. Leur lait n´entre pas dans la chaîne d´alimentation humaine.
Depuis le 1er janvier 2002, la fondation KKM impose quatre visites par an d´un vétérinaire : « l´objectif est de montrer que les éleveurs hollandais livrent du lait de vaches saines »,affirme le directeur de KKM, Louwrens van Keulen.

KKM a un statut d´association et fonctionne avec un conseil d´administration comprenant des représentants de l´industrie et des agriculteurs. Son rôle se limite à celui d´un organisme certificateur.
A charge aux industries laitières ou au DLV (organisme chargé de la mise en oeuvre des actions de développement agricole, privatisé depuis 1990) de conseiller les agriculteurs.
« KKM a un effet très positif vis à vis des pouvoirs publics,affirme son directeur. C´est aussi un argument fort pour l´industrie auprès de la grande distribution. Toute la filière laitière est certifiée HACCP : la production, mais aussi le transport, la conservation, et bien sûr la transformation ». A noter qu´aucune communication directe n´est faite sur KKM.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Parvenez-vous à effaroucher les oiseaux sur la ferme ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui