Réussir lait 06 octobre 2016 à 08h00 | Par Articles de la rédaction

Élevage de précision, Agriculture de conservation, Performance en montagne : Trois élevages, trois stratégies

Premier rendez-vous chez Gilles, Vincent et Lilian. Ils nous parlent de leurs choix dans la conduite de leur exploitation. Nous les retrouverons trois fois par an pour suivre leur évolution.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© Réussir)  © E. Bignon  © C. Pruilh  © F. Mechekour

Nous vous proposons de suivre trois exploitations laitières qui ont adopté chacune un cheminement différent. Leur approche et la conduite adoptée par ces éleveurs correspondent à ce qu’ils sont et aux contraintes liées à leurs fermes. Ils ont accepté de nous montrer leurs résultats, de nous expliquer leur parcours, leurs interrogations, leurs projets.

La première mise sur l’élevage de précision : Gilles Chapron : "Nous investissons dans les technologies et le conseil" - Le Gaec Lacour, créé en 2007, gère cinq ateliers différents avec une organisation du travail basée sur la valorisation des compétences de chacun des cinq associés. Leur credo ? Miser sur les investissements en conseils et équipements pour concilier performance technico-économique, efficacité dans le travail et qualité de vie : deux robots de traite, détecteurs de vêlages et des chaleurs, génotypage, semences sexées, 1 500 m2 de panneaux photovoltaïques, adhésions au Ceta, Eilyps, aux Upras…

Les 9 questions-réponses relatives au Gaec Lacour.

 

La deuxième a opté pour l’agriculture de conservation : Vincent Bossard : «La préservation des sols est au coeur de notre système»- Au Gaec de la Huberdière, la préservation des sols est devenue le fil conducteur de l’exploitation. Voire une philosophie pour ses trois associés : Vincent Bossard, sa femme Stéphanie et son frère Jérôme. Le passage au semis direct en 2010 n’a pas été simple pour autant. Les exploitants ont persévéré et appris de leurs erreurs. Depuis trois ans, la totalité des surfaces est en semis direct. Les bénéfices sur la rentabilité et le temps de travail sont au rendez-vous, même si les éleveurs estiment n’être qu’au début de cette aventure.

Les 16 questions-réponses relatives au Gaec de la Huberdière.


La troisième cherche à être compétitive en montagne. Lilian Gaillard : « L'herbe de haute qualité est notre pilier » - Le Gaec du Claret, à 1 000 m d’altitude, est confronté aux contraintes du climat et du relief qui engendrent des surcoûts. En montagne, il est difficile de tirer un bon revenu du lait en dehors des filières de différenciation : AOP, bio… Avant que leur coopérative ne valorise mieux le lait sous cahier des charges AOP bleu du Vercors, les associés parvenaient déjà à tirer leur épingle du jeu grâce à un système autonome et économe et à des investissements raisonnés.

Les 15 questions-réponses relatives au Gaec du claret.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Prenez-vous des mesures de biosécurité ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui