Réussir lait 29 juin 2001 à 15h37 | Par Franck Mechekour

Elevage bovin - La Bleue du Nord, une mixte typée viande

L´histoire de la Bleue du Nord remonte à il y a une quinzaine d´années, lorsque des éleveurs du nord de la France décident de se séparer de l´Union Blanc-Bleue où le rameau culard de la race est dominant.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Si une bonne conformation est toujours d´actualité, les efforts de sélection portent surtout sur la production laitière et le taux protéique. La valorisation de la Bleue du Nord passe par des crénaux bien identifiés.

S´intéresser à la Bleue du Nord dans une revue consacrée aux races laitières et mixtes pourra surprendre certains d´entre vous. Et pourtant ce choix se justifie pleinement. En effet, il y a une quinzaine d´années, des éleveurs du Nord ont pris la décision de séparer leur rameau mixte de la gestion commune de la race Blanc-Bleue. C´est un retour aux origines : la Bleue, connue pour l´hypertrophie de ses masses musculaires liée à une sélection poussée sur le gène culard, était autrefois une laitière originaire de la région de Tirlemont en Belgique. "La scission avec le programme de sélection Blanc-Bleu culard est à l´origine de la création de l´Upra Bleue du Nord, souligne Albert Masurel, le responsable de cette Upra. Nous avons des objectifs proches de ceux des éleveurs du Brabant flamand, à savoir obtenir des animaux véritablement mixtes alors que les éleveurs du Hainaut recherchent plutôt des culardes traites."

Jusée, une fille de Jules (+ 33 d´Inel)
"Cet animal réunit une bonne mamelle et une très bonne conformation bouchère", souligne Albert Masurel.

Nul ne cache l´ampleur du travail à réaliser pour améliorer les qualités laitières de la Bleue du Nord. "Nous avons actuellement le moins bon niveau de production laitière (5 464 kg) et le moins bon TP (30,5) parmi les races laitières et mixtes élevées en France, mais la conformation bouchère fait la compétitivité de la race. Nous recherchons des animaux capables de produire entre 5 000 et 5 500 kg de lait par lactation, avec un bon TP (32%) tout en conservant des formes. Ce sont les critères prioritaires dans le choix de nos pères et de nos mères à taureaux", explique Albert Masurel. L´objectif pour la taille se situe aux alentours de 1,40 mètre avec un poids d´environ 750 kilos pour les vaches adultes.
Des accords avec les unités de sélection Gènes Diffusion (à Douai dans le Nord) et Haliba en Belgique permettent de proposer deux à trois nouveaux taureaux par an. Le programme de sélection se confronte cependant à l´hétérogénéité des animaux et des orientations prises dans les élevages, ainsi qu´à l´insuffisance du nombre d´éleveurs sélectionneurs. Signalons qu´une trentaine d´élevages adhèrent à l´Upra et qu´environ 1 000 vaches sont inscrites au contrôle laitier sur un total de quelque 4 000. "Nous devons motiver les éleveurs pour qu´ils soient plus nombreux à adhérer au contrôle laitier et à bénéficier d´un appui technique ciblé.
Actuellement, nous manquons de références techniques et d´éleveurs sélectionneurs contrairement à ce qui se passe en race Flamande par exemple". Albert Masurel espère que l´Union européenne va reconduire ses mesures agri-environnementales en faveur des races menacées. "Une aide de 600 francs par vache pendant cinq ans finance très largement l´adhésion à l´Upra et au contrôle laitier." Cette décision est d´autant plus attendue par les responsables de la race que celle-ci ne manque pas d´atouts. "La Bleue du Nord convient très bien aux exploitations avec un quota faible ou moyen, c´est-à-dire au maximum 300 000 litres de lait. Elle est adaptée au système extensif, aux zones froides et humides. Sa mixité à orientation viande permet de ne pas mener conjointement un troupeau laitier et allaitant, économiquement plus aléatoire."
La Bleue a été touchée par la baisse de la consommation de viande bovine. Et ceci d´autant plus que "les races mixtes sont considérées comme des laitières, ce qui nous a fait perdre parfois jusqu´à 2 ou 3 F/kg de carcasse", déplore Albert Masurel. Les veaux mâles Bleus du Nord se vendent malgré tout actuellement deux fois plus cher que les veaux Prim´Holsteins. "La viande de Bleue du Nord est réputée pour sa tendreté. Nous espérons créer une marque commerciale pour mieux valoriser les vaches de réforme et les boufs." Compte tenu du faible effectif de vaches et de leur niveau de production laitière, Albert Masurel mise aussi sur la fabrication d´un fromage Bleu du Nord pour valoriser le lait produit dans les exploitations. L´un des derniers atouts de la Bleue, mais non des moindres, c´est la passion qu´elle suscite chez des éleveurs depuis trois ou quatre générations.

Pour en savoir plus, contactez l´Union Bleue du Nord :

Union Bleue du Nord,
Cité administrative,
BP 505, 59022 Lille cedex.
Téléphone : 03 20 96 42 37.
Fax : 03 20 96 42 19.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous prêt à utiliser des taureaux en monte naturelle ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui