Réussir lait 27 septembre 2018 à 16h00 | Par Véronique Bargain

Des recherches sur les cultures associées

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Bertrand Pinel (à gauche), responsable R&D chez Terrena, avec Éric Justes et Natalia Bellostas, respectivement coordinateur et responsable communication de ReMix. Terrena, qui a accueilli le séminaire annuel de ReMix, vise 15 000 ha de cultures associées d’ici cinq ans.
Bertrand Pinel (à gauche), responsable R&D chez Terrena, avec Éric Justes et Natalia Bellostas, respectivement coordinateur et responsable communication de ReMix. Terrena, qui a accueilli le séminaire annuel de ReMix, vise 15 000 ha de cultures associées d’ici cinq ans. - © V. Bargain

Lancé en mai 2017, le projet européen ReMix associe 23 partenaires de recherche et économiques de 11 pays, dont l’Inra, l’Acta, Terrena… « Les écosystèmes se sont construits par des mélanges d’espèces, explique Éric Justes, de l’Inra, coordinateur du projet. Le but est de revenir à des mélanges efficaces pour produire autant voire plus avec moins d’intrants. » Pendant quatre ans, cinq millions d’euros seront consacrés aux recherches pour trouver les meilleurs assemblages et mettre au point des itinéraires techniques de cultures associées. Les associations étudiées visent notamment à augmenter la production de protéines végétales pour l’alimentation humaine, mais d’autres applications pourront en découler.

Augmenter la production de protéines végétales pour l’alimentation humaine

Dans certains cas, une seule des espèces est récoltée. Comme avec l’association colza-plantes compagnes où un couvert de trèfle et vesce semé en même temps que le colza permet de réduire l’enherbement (-27 % d’herbicide) et les apports d’engrais (-20 kg N/ha). Dans d’autres situations, les deux espèces sont récoltées. C’est le cas du lupin-triticale, où le triticale est semé dans la parcelle de lupin : celui-ci limite l’enherbement, augmente et sécurise le revenu. Ou encore de l’association lentille-blé, où le blé réduit l’enherbement et la verse de la lentille, et où la lentille permet d’améliorer la teneur en protéines du blé. Dans d’autres cas encore, les deux espèces sont semées à des périodes différentes de l’année. Dans l’association tournesol-orge, le tournesol est semé sous un couvert d’orge de printemps qui protège les graines de tournesol des attaques d’oiseaux.

De gros enjeux apparaissent autour du machinisme, pour le semis et la récolte et le tri des espèces. Le projet présente par ailleurs la particularité d’associer tous les acteurs de la chaîne de valeurs, semenciers, agriculteurs, entreprises du machinisme, transformateurs, chercheurs…

Voir aussi article " Sécuriser la production de protéagineux en grains " .

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous prêt à utiliser des taureaux en monte naturelle ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui