Réussir lait 08 avril 2005 à 17h35 | Par Annick Conté

Découplage en 2006 - Calculez vos nouvelles marges

Les marges brutes des différentes productions ne se calculeront plus de la même manière. Après découplage, la hiérarchie des productions est modifiée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

A première vue, c´est très simple. La marge brute d´une production est égale au produit dégagé par cette production moins les charges. Jusque là rien de nouveau. Mais après le découplage en 2006, une partie du produit (les aides découplées) disparaît. L´ancienne marge brute se transforme en une nouvelle marge brute avec un produit plus faible, plus des DPU (droits à paiement unique). Ce qui est plus difficile à comprendre, c´est qu´en changeant, la marge brute bouleverse la hiérarchie des productions.
« Il faudra à l´avenir comparer l´intérêt des différentes productions indépendamment de toutes les primes historiquement touchées, explique Gabrielle Viard, conseillère à la chambre d´Agriculture du Calvados. Et ce n´est pas si évident, avec le poids de l´habitude.
Source : Réseaux d´élevage de Basse-Normandie

Sur ce graphique, on peut voir qu´en 2004, la meilleure marge sur des surfaces labourables était obtenue avec les taurillons, assez nettement devant le blé. Après le découplage partiel des aides et à conjoncture identique, le blé passe devant le taurillon Charolais.
Optimiser un revenu d´activités et un revenu de structure
Bien sûr, d´autres paramètres que les marges sont à prendre en compte pour décider le maintien, l´arrêt ou la mise en place d´une production : des charges de structure supplémentaires, la main-d´oeuvre. Pour Gabrielle Viard, ce calcul des « nouvelles » marges brutes a d´autres intérêts. « Il permet de se familiariser avec de nouveaux repères. Il donne une idée du prix minimum pour continuer une production, et montre que l´intérêt d´une production sera à l´avenir davantage lié à la conjoncture. Enfin, il met en évidence l´importance des coûts de production pour optimiser une production : il n´y aura plus d´optimisation possible par les primes comme par le passé. »
Au-delà des marges brutes, avec le découplage, ce sont les fondements du raisonnement en gestion qui sont à revoir. Désormais, sur son exploitation, il faudra chercher à optimiser séparément un revenu d´activités et un revenu de structure. Le revenu d´activités correspondant au revenu dégagé par les différentes productions. Et le revenu de structure correspondant aux DPU, aux fermages, et aux éventuelles charges d´entretien des terres (broyage.). « Avec cette approche du revenu, on se rend d´ailleurs vite compte que les DPU sont loin d´être une rente, car avec un DPU à 260 euros et un fermage moyen dans le Calvados à 160 euros, si vous retirez 70 euros pour le broyage, il ne reste plus grand chose. »
La nouvelle marge brute n´intègre pas les primes découplées. ©Source : Chambre d´agriculture du Calvados

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Avez-vous installé une brosse dans votre stabulation pour le confort des vaches ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui