Réussir lait 11 août 2003 à 10h07 | Par Costie Pruilh

Cultures fourragères - L´assurance d´un ensilage réussi en conditions sèches

Un bon ensilage de sorgho est préférable à un médiocre ensilage de maïs. En général, les deux sont associés pour limiter les inconvénients du sorgho.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le sorgho est principalement cultivé pour son grain, mais quelques éleveurs en produisent pour alimenter leurs bovins. Ce choix est motivé par la mauvaise qualité du maïs cultivé sur leurs parcelles peu ou pas irriguées. Il vaut mieux, en effet, avoir un ensilage de sorgho qu´un ensilage de maïs sans grains. En élevage bovin, le sorgho peut être pâturé (sorgho fourrager) ou, plus fréquemment, donné sous forme d´ensilage. L´éleveur choisit alors plutôt une variété riche en sucre, adaptée à cet usage. « Les élevages laitiers utilisent très rarement du sorgho. Le principal reproche qui lui est fait est d´avoir une valeur énergétique inférieure à celle du maïs, ce qui a un effet dépressif sur le taux protéique. Un reproche à courte vue car ces 5 à 8 % de perte de valeur énergétique sont, à mon avis, compensés par l´excellente conservation du sorgho : on a souvent zéro perte ! En outre, le sorgho est utilisé pour valoriser les terres les moins favorables : il faut donc relativiser », expose Jean-Luc Soudais, de la Chambre d´agriculture de Haute-Garonne.
©RAGT Semences

Les atouts du sorgho sucrier
D´autres inconvénients techniques existent. Très appétent, il faut le rationner. La complémentation est plus difficile à mettre en oeuvre, étant donné que les préparations commerciales et les références sont adaptées au maïs. D´autre part, comme le sorgho se hâche naturellement plus fin qu´un maïs, il est conseillé d´apporter plus de fourrage grossier pour éviter l´acidose. Pour limiter ces inconvénients, l´association à l´ensilage de maïs est une bonne solution.

Jean-Luc Soudais explique les atouts du sorgho grain sucrier ensilé : « il a plus de potentiel : avec un sorgho grain classique, on plafonne à 15 tonnes MS/ha, alors qu´avec un sorgho sucré on peut atteindre 23 tonnes MS/ha (18 tonnes MS/ha en conditions sèches). Le sorgho sucrier est plus grand (plus de 2 m de haut), donc mieux adapté à l´ensilage. La proportion de grains par rapport à la MS totale est plus faible : 30 % pour la variété Super Sile (contre plus de 50 % pour un sorgho grain classique), et 45 % de grain pour Top Silo (RAGT) et Hautan (Euralis), prochainement commercialisé. C´est un atout comparé au sorgho grain classique, car les petits grains du sorgho sont difficilement attaqués par l´ensileuse et les microbes de la panse, surtout s´ils sont trop secs. On les retrouve alors dans les bouses ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Parvenez-vous à effaroucher les oiseaux sur la ferme ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui