Réussir lait 06 septembre 2018 à 12h00 | Par Costie Pruilh

Comment devenir une ferme durable ?

Le réseau d'éleveurs et de conseillers Eurodairy s'est penché sur la question de la résilience. L'heure est à la diffusion de deux outils qu'ils ont mis au point.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Évaluer sa résilience en cinq volets
Évaluer sa résilience en cinq volets - © Infographie Réussir

Améliorer la durabilité des fermes laitières était le thème central du réseau européen Eurodairy, de conseillers et d'éleveurs de 14 pays.

Ce travail arrive à son terme. Des éleveurs volontaires des Hauts de France, Rhône Alpes et Normandie ont participé aux travaux sur la résilience socio-économique des fermes laitières. Fin juin, le groupe normand et la chambre d'agriculture organisaient une journée de restitution et d'échanges avec les autres groupes français.

La chambre d'agriculture de Normandie a produit une vidéo avec des éleveurs du groupe Normandie :

Eurodairy 2018 - Normandie from Chambres d'agriculture Normandie on Vimeo.

Sur Youtube, on trouve d'autres vidéos d'éleveurs Eurodairy de Rhône-Alpes.

Mais au fait, c'est quoi la résilience ? «C'est la capacité d'un système à faire face à des perturbations extérieures ou intérieures pour perdurer dans le temps. C'est la capacité d'adaptation pour assurer la pérennité de l'exploitation, via des facteurs sociaux, économiques et environnementaux», ont résumé les éleveurs des trois régions. Une ferme résiliente est donc solide sur ces trois volets pour être en mesure de gérer des aléas.

Évaluer sa résilience en cinq volets

Comment améliorer sa résilience ? «Dans tout système, ce qui compte c'est que les choix soient cohérents et répondent aux objectifs des éleveurs, résume Emmanuel Plancq, éleveur du groupe Normandie. Pour être résilient, il faut être entreprenarial. C'est-à-dire sécuriser son exploitation. Chercher l'information par soi-même et se faire accompagner non pas pour suivre les conseils mais pour nourrir sa réflexion. Et évaluer ses projets : quand j'investis un euro il faut que ça me rapporte plus qu'un euro, et je me lance parce que j'ai calculé l'impact sur l'économie et le travail.»

Au cours du projet Eurodairy, les éleveurs ont amené leurs expériences pour identifier les facteurs de résilience et ils ont construit avec les chambres d'agriculture deux outils d'évaluation - de la résilience globale et de la résilience sociale - pour situer rapidement les points forts et points faibles d'une exploitation.

L'heure est à leur diffusion pour sensibliser et aider les autres éleveurs.

Le premier outil évalue tous les aspects de la résilience. Il renseigne des indicateurs et aboutit à des notes qui se lisent rapidement sur un diagramme en radar à cinq axes. Pour l'axe Stratégie, la résilience implique d'avoir des objectifs clairs et partagés par les personnes travaillant sur l'exploitation mais aussi par les conjoints. Un plan d'actions est défini pour les atteindre. Sur le volet humain et social, outre les volumes horaires travaillés, le nombre d'accidents..., des appréciations sur le stress de l'éleveur, sa relation avec le voisinage... permettent d'attribuer une note.

Le deuxième outil évalue la résilience sociale. Celle-ci place l'homme au coeur de la réflexion et explore les facteurs influençant la qualité de vie au travail : bien-être physique, psychique, la proximité des services pro, l'ouverture sur l'extérieur, l'organisation du travail...

Damien Lecuir, un des deux associés du Gaec Noury : "Nous voulons améliorer notre autonomie protéique."
Damien Lecuir, un des deux associés du Gaec Noury : "Nous voulons améliorer notre autonomie protéique." - © C. Pruilh

« Nous voulons évoluer en phase avec la société »

Le Gaec Noury dans le Calvados, est engagé dans plusieurs groupes pour s’adapter aux demandes du marché. En tant que président de l’OP Danone Basse Normandie, Damien Lecuir, un des deux associés, a travaillé sur les coûts de production pour la formule de prix Danone. Avec le Cniel, le Gaec a planché sur la réduction de l’empreinte carbone. «Nous avons intégré un groupe sur la simplification du travail animé par la chambre d’agriculture. Comme Danone cherche des éleveurs bio, nous avons demandé à la chambre d’agriculture de nous simuler l’impact d’un passage en bio Enfin, le Gaec s’est engagé dans Eurodairy.

La recherche de l’efficacité des ressources

L’objectif du Gaec créé en 2003 était de se développer pour dégager du revenu et du temps libre. Objectif tenu avec un prélèvement équivalent à deux Smic par UMO lait, trois semaines de congé, des week-end, du temps pour participer à des groupes et avoir des responsabilités extérieures. «Notre système est simple et low cost, bâti sur deux ateliers, cultures et lait.» L’atelier lait est passé de 500 000 à 900 000 litres avec 100 vaches. Il y a 300 ha de SAU dont 60 ha de prairies permanentes. «Nous avons développé la prestation de services pour les cultures afin d’optimiser le matériel et un groupement d’employeurs pour optimiser la main-d’oeuvre. Le Gaec compte deux associés et deux salariés aux compétences complémentaires», décrit Damien Lecuir.

Les résultats économiques traduisent une maîtrise des coûts et une productivité du travail élevée. Les éleveurs ont simplié le travail pour pouvoir travailler seul et de façon efficace. Chaque associé a ses propres responsabilités mais est capable de tout faire.

Des choix qui ne sont pas qu’économiques

Il reste des choses à améliorer, comme l’autonomie protéique. «Nous voulons être moins sensibles à l’évolution des cours des matières premières. Ce qui nous plaît aussi, c’est d’être en accord avec les attentes sociétales : pâturage, alimentation locale, non OGM... Pour se sentir mieux.»

«La bio, ça nous trotte dans la tête mais rien n’est décidé. La simulation d’un passage en bio de l’atelier lait est positive sur le plan économique, mais ça coince côté travail et investissements. Il faudrait aussi passer les cultures en bio pour plus de cohérence, mais on n’est pas encore prêts.»

Par contre, le Gaec veut réduire son coût alimentaire en améliorant son empreinte environnementale. «On a déjà commencé: implanter des légumineuses, utiliser nos céréales et mieux valoriser le pâturage (participation à un groupe pâturage).» La simulation de la chambre d’agriculture a porté sur l’implantation de 6 ha de prairie temporaire, 7 ha de pois protéagineux et 6 ha de luzerne pour ensilage et foin, à la place de cultures de vente. «La marge brute augmente, mais il y aura des charges de travail en plus. Au final, le bilan est à l’équilibre», résume la chambre d’agriculture. Mais le Gaec est motivé par rapport aux attentes sociétales.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous prêt à embaucher un salarié non issu du milieu agricole ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui