Réussir lait 07 septembre 2007 à 10h56 | Par Jean-Jacques Biteau

Circulation des véhicules agricoles - « Encore beaucoup de démarches administratives pour rouler à 40 km/h »

Même si les demandes en véhicules agricoles se déplaçant à 40 km/h en France restent encore limitées, constructeurs, syndicat, administrations. travaillent en synergie pour homologuer de nouveaux véhicules agricoles qui seront proposés prochainement à la vente.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le travail de conception, de construction et d´homologation des véhicules agricoles à 40 km/h est enclenché chez les constructeurs de matériel agricole et à leur syndicat (SNCVA) qui mutualise les informations et les démarches.
Ainsi, il existe actuellement un modèle de remorque agraire en cours d´homologation (20 500 kg - dans l´attente des procès verbaux) pour circuler à 40 km/h en France. Quelques constructeurs ont présenté chacun leur version au Sima de Paris.

L´administration doit suivre
Pour Sylvain Carpentier, de la société Dangreville, « la législation avance lentement. S´il y a une accélération des démarches administratives, les exploitants, les entrepreneurs et les adhérents de Cuma seront peut-être plus nombreux à s´intéresser à ces véhicules réceptionnés à 40 km/h. Aussi, ce type véhicule intéressera le monde agricole si la capacité de charge reste important tout en se déplaçant plus rapidement ». Techniquement, certains acheteurs s´intéressent aux véhicules équipés de freinage mixte, pneumatique et hydraulique, dans l´hypothèse où le freinage hydraulique serait retenu pour circuler à 40 km/h. Le diamètre des roues doit aussi être adapté à la charge à supporter et à la vitesse de déplacement.
La vitesse maximale de déplacement sur route d´un véhicule agricole tracté, mentionnée sur le certificat de la Drire, est encore de 25 km/h pour la France. ©S. Leitenberger

Toujours à 25 km/h
Les solutions techniques apportées pour se déplacer à 40 km/h avec un véhicule tracté occasionnent évidemment un surcoût. Sylvain Carpentier l´estime « à 3 000 euros minimum en y intégrant le freinage et le répartiteur. A cela s´ajoute la monte de pneumatiques qui doit être adaptée aux véhicules, mais aussi aux utilisations envisagées ».
Toutefois lors de l´achat, une réflexion s´opère pour essayer d´anticiper et d´envisager l´utilité pour l´exploitant de rouler à 40 km/h dans le futur. « Il y a des demandes, certes limitées, pour des équipements de freinage avec des tambours de grands diamètres et du freinage mixte à air et hydraulique. Toutefois nous sommes dans l´attente de pouvoir élargir l´offre des 40 km/h », ajoute Sylvain Carpentier.

La demande reste faible
Pour Michel Chatellier, directeur commercial des remorques Rolland, « la demande pour l´acquisition de véhicules réceptionnés à 40 km/h est extrêment faible. Je pense que certains se déplacent déjà à cette vitesse sans que leur véhicule y soit autorisé, à leurs risques, mais attention aux contrôles de vitesse qui semblent se multiplier ».
Dans tous les cas, les démarches et la recherche se poursuivent pour permettre d´offrir un plus grand nombre de véhicules autorisés à circuler à 40 km/h, tout en disposant d´une capacité de charge optimale et d´une sécurité garantie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Parvenez-vous à effaroucher les oiseaux sur la ferme ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui