Réussir lait 23 février 2018 à 16h00 | Par La rédaction

Camembert : la fin du "Fabriqué en Normandie"

Un accord de principe a été conclu le 21 février pour mettre fin à la coexistence sous haute tension de l'AOP camembert de Normandie et du camembert fabriqué en Normandie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un accord de principe qui reste à peaufiner.
Un accord de principe qui reste à peaufiner. - © Anaof - Archives

Vous vous rappelez ? L'Inao avait mis en place un groupe de travail pour trouver une issue au manque de lisibilité pour les consommateurs qu'entraîne la coexistence de deux produits :

- l'AOP camembert de Normandie, valorisant du lait cru moulé à la louche et un cahier des charges (50% de vaches normandes dans le troupeau minimum, 6 mois de pâturage...),

- et le camembert fabriqué en Normandie qui valorise un lait thermisé ou microfiltré sans contrainte de production, mais qui surfe sur l'image de la Normandie et de l'AOP.

Des camemberts au lait pasteurisé pourront être AOP

Les acteurs de l'AOP s'insurgeaient contre une usurpation d'identité et défendaient l'idée d'une IGP pour le "fabriqué en Normandie". La solution d'une IGP a été refusée par l'Inao.

Le 21 février, l'Inao annonce que le groupe de travail est parvenu à un accord de principe. Les producteurs de lait et de fromages "fabriqués en Normandie" ont accepté de respecter un futur cahier des charges AOP camembert de Normandie. Mais pas celui qui existe aujourd'hui.

L'AOP camembert de Normandie évoluera en deux niveaux :

- un niveau 1 "camembert de Normandie" qui autorisera le lait pasteurisé, imposera une normandisation des troupeaux de 30% minimum et exigera un minimum de 6 mois de pâturage.

- un niveau 2 pour un fromage au lait cru qui pourrait être baptisé "Véritable camembert de Normandie". Le cahier des charges actuel se renforcerait encore, avec par exemple une exigence de 70% de normandes minimum dans le troupeau.

Pour les deux niveaux, l'accord prévoit la fin des OGM dans l'alimentation du troupeau laitier. La zone de production serait élargie à toute la Normandie.

Cet accord de principe reste à préciser.

Mais que va donner la cohabitation de deux catégories d'AOP ? Le consommateur y verra t-il plus clair ? Les défenseurs de l'AOP et du lait cru en doutent, et sont convaincus qu'il leur faudra bien communiquer auprès du consommateur pour faire valoir la différence de l'authentique camembert de Normandie au lait cru.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Prenez-vous des mesures de biosécurité ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui