Réussir lait 07 octobre 2016 à 08h00 | Par Annick Conté

Aux États-Unis, les éleveurs ont été « préservés » jusqu’à fin 2015

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jusqu’à fin 2015, pour les éleveurs américains, ce n’était pas la crise.
Jusqu’à fin 2015, pour les éleveurs américains, ce n’était pas la crise. - © F. Mechekour

Outre-Atlantique, la consommation dynamique a soutenu le prix du lait. « Jusqu’à fin 2015, pour les éleveurs américains, ce n’était pas la crise, a expliqué Mélanie Richard de l'Institut de l'élevage. Le prix du lait est monté très haut en 2014 (555 dollars/t en octobre 2014), la baisse a été tardive mais franche fin 2014 : entre 2014 et 2015, le prix a chuté de 29 % mais le prix 2015 de 377 dollars/t est bien plus élevé que celui de 2009 qui était inférieur de 40 %. » Même s’il a décroché début 2016 en tombant à 346 dollars/t, il demeure au-dessus de celui pratiqué dans les autres bassins exportateurs. Quant à la marge sur coût alimentaire, elle a baissé de 38 % en 2015, sans devenir dissuasive : elle reste supérieure à celles de 2012 et 2013.

La production (95 millions de tonnes) a continué à progresser en 2015, mais de façon plus modérée (+1,3 %) suite à la sécheresse dans l’Ouest du pays. Le rendement moyen a augmenté plus faiblement pour atteindre 10 500 kg/vache. Le déplacement de la production dans l’Est et le mid west se poursuit au détriment de la Californie.

Face à cette hausse modérée de la production en 2015, la consommation a continué sa progression. « Cette progression très marquée est liée au dynamisme démographique et à l’augmentation de la consommation par habitant. » La consommation intérieure absorbe plus de 90 % de la production.

Mélanie Richard de l'Institut de l'élevage : "Les États-Unis ont perdu en compétitivité à cause d'un prix du lait soutenu et du dollar fort."
Mélanie Richard de l'Institut de l'élevage : "Les États-Unis ont perdu en compétitivité à cause d'un prix du lait soutenu et du dollar fort." - © A. Conté

Moins présents à l'export

Les États-Unis, moins compétitifs en 2015, sont moins présents à l’export. Le prix du lait à la production et la forte appréciation du dollar ont stoppé la montée en puissance depuis dix ans de l’export. La perte de compétitivité sur les marchés asiatiques les ONT conduits à recentrer leurs exportations vers l’Amérique du Nord et l’Amérique centrale. Ils ont augmenté leurs importations en 2015, notamment de fromages (France, Italie) et de beurre. Au final, leur balance commerciale a été divisée par deux en 2015.

Perspectives 2016 : hausse de la production

L’USDA table sur une hausse de la production de 1,8 % et une hausse de la consommation marquée de 2 %, notamment de beurre et fromages. Les États-Unis devraient être moins présents à l’export du fait du dollar fort et de la demande intérieure.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Prenez-vous des mesures de biosécurité ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui