Réussir lait 18 janvier 2018 à 08h00 | Par Costie Pruilh

Autoconsommer son électricité commence à valoir le coup

En photovoltaïque, l’évolution des prix rend intéressant l’autoconsommation. Il existe des astuces pour la faciliter en élevage laitier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Plus on autoconsomme sa production électrique, plus l’intérêt économique augmente.
Plus on autoconsomme sa production électrique, plus l’intérêt économique augmente. - © Jean-Charles Le Berre / Chambre d'Agriculture 44

Nous commençons à avoir des demandes d’études sur l’intérêt économique d’autoconsommer l’électricité produite à la ferme", indiquent Jean-Yves Carré et Isabelle Hascoet, de la chambre d’agriculture de Bretagne. La hausse du prix de l’électricité se poursuivra à l’avenir. Parallèlement, le prix de vente de l’électricité d’origine renouvelable à EDF (tarif réglementé) baisse. En outre, en photovoltaïque, une prime à l’investissement pour les projets en autoconsommation a été instaurée pour encourager cette pratique.

Il y a deux façons de valoriser son électricité photovoltaïque dans des projets avec autoconsommation. La première est l’engagement d’autoconsommation totale. En cas de surproduction, vous ne pouvez pas injecter dans le réseau plus de 3 kWc d’électricité (injection gratuite). En cas de réel surplus, il faudra vendre son électricité de gré à gré, au prix de marché. La seconde est l’engagement d’autoconsommation avec vente de surplus. Le surplus est vendu à un tarif réglementé : 6 à 10 cE/kWh jusqu’à 100 kWc (sur bâtiment).

Étudier son profil de consommation électrique

Plus on autoconsomme sa production électrique, plus l’intérêt économique augmente. Dans l’idéal, il faudrait une adéquation parfaite entre la répartition des quantités produites sur la journée et sur l’année, et la répartition des consommations. En élevage laitier, l’intérêt est donc moins évident qu’en élevage hors sol. Il faut déjà bien connaître ses consommations en électricité. Avec une salle de traite, les pics et les creux de consommation sont plus marqués qu’en robot de traite sur 24 heures et sur l’année.

Pour tendre vers la meilleure adéquation consommation/production, il existe des astuces. "On peut orienter les panneaux photovoltaïques vers l’Ouest et l’Est pour de plus fortes productions le matin et le soir aux heures de traite. Si on consomme plus l’hiver, on peut davantage incliner ses panneaux pour produire plus l’hiver, indique Isabelle Hascoet. À l’aide d’un onduleur intelligent, on peut gérer la production d’électricité en phase avec la consommation. On peut brider la production électrique quand on ne consomme pas assez. On fera fonctionner le chauffe-eau quand il y a une plus forte production électrique et non plus en heure creuse. Il peut être pertinent de programmer le lavage du robot de traite pendant une période de plus forte production d’électricité. On va chercher à stocker le surplus d’électricité pour le restituer plus tard. La baisse du prix des batteries (-9 à -10 %/an) doit améliorer la rentabilité des projets. Un tank à eau glacé peut jouer le rôle de stockage d’énergie qui sera restituée quand les panneaux produisent moins."

Jean-Yves Carré a réalisé des cas types théoriques (voir tableau) pour illustrer le raisonnement du calcul de l’intérêt économique de l’autoconsommation. "Aujourd’hui, l’autoconsommation commence à être intéressante pour les gros consommateurs d’électricité (hors sol, transformation à la ferme…), avec des consommations relativement stables sur l’année."

En méthanisation avec cogénération, des éleveurs sont intéressés par la petite méthanisation et l’autoconsommation d’électricité. Mais avec les tarifs actuels d’achat et de vente de l’électricité, la rentabilité n’est pas encore là.

- © Infographie Réussir

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous prêt à embaucher un salarié non issu du milieu agricole ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui