Réussir lait 13 février 2007 à 17h43 | Par Emeline Bignon

Alimentation - Une enquête Primex s´intéresse aux moyens de concilier productivité et fertilité

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Comment concilier haute productivité et bons résultats de reproduction ? C´est pour répondre à cette question que la firme-service Primex a lancé une enquête auprès de 21 élevages laitiers de Bretagne et Pays de la Loire. Ses résultats ont été présentés lors d´une récente journée organisée par Unicopa nutrition animale. Les élevages retenus affichent une production moyenne de 9800 kg de lait avec un taux de réussite de 59 % en première insémination (contre 48 % pour la moyenne bretonne) pour 1,7 insémination réalisée en moyenne par vache. Sur ces élevages, quel que soit le numéro de lactation, le délai de mise à la reproduction des vaches est le même (86 jours en moyenne). Autre constat : à partir de trois lactations, les laitières semblent devenir un peu moins fertiles. « L´intervalle vêlage-insémination fécondante approche 119 jours, au lieu de 110 pour les vaches en première et seconde lactation », relève Thierry Jeanney, en charge de l´étude pour Primex. A titre de comparaison, la moyenne régionale se situe à 122 jours.
Des vaches moins fertiles au printemps
L´étude révèle aussi une moins bonne fertilité des vaches inséminées au moment de la mise à l´herbe, « sans doute liée à un excès d´azote dégradable dans les rations à cette période et à un repérage des chaleurs moins soutenu. »
Par ailleurs, sur les élevages enquêtés, l´optimum en termes de délai de mise à la reproduction, se situe après 70-80 jours après le vêlage (61 % de réussite en première IA). Cela dit, entre 50 et 60 jours, ce taux approche quand même 57 %. « L´augmentation de la production laitière détériore peu la réussite en première IA, note l´intervenant. Par contre, pour les vaches dont le pic de lactation se révèle très important, les éleveurs retardent généralement la mise à la reproduction. D´où la faible proportion de vaches à trois IA et plus (18 %). »
Enfin, l´expression du potentiel laitier ne détériore pas les résultats de reproduction de ces élevages. « Les vaches qui ont atteint leur objectif de pic de lactation parviennent même à de meilleurs résultats de fertilité. »



Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Prenez-vous des mesures de biosécurité ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui