Réussir lait 09 août 2007 à 16h38 | Par Emeline Bignon

Alimentation des bovins - La qualité sanitaire des co-produits de biocarburants en question

Les fabricants d´aliments veulent mieux connaître les risques sanitaires liés aux co-produits des biocarburants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les industriels de la nutrition animale, regroupés dans le Syndicat national des industriels de la nutrition animale (Snia), s´interrogent sur les perspectives de valorisation des co-produits de biocarburants dans l´alimentation animale. « Leur développement va modifier en profondeur nos profils d´approvisionnements en matières premières », a indiqué le syndicat lors de sa dernière assemblée générale. Mais ces co-produits doivent d´abord montrer leur innocuité. Pour s´en assurer, la commission Matières premières, regroupant différents professionnels du secteur, travaille sur trois axes majeurs. Le premier vise à une amélioration continue de la qualité sanitaire des tourteaux, notamment au regard du risque salmonelles, à travers des échanges réguliers avec les triturateurs.
Environ 1,1 million de tonnes de tourteaux de colza, 900 000 tonnes de drêches de céréales supplémentaires sont attendues d´ici 2010. ©DR

Le risque mycotoxines
Le second axe de recherche concerne le glycérol. Comme le tourteau de colza, le glycérol est un co-produit du diester (voir encadré ci-dessous). Encore peu utilisé dans l´alimentation animale, il mérite d´être étudié de près. L´objectif est de « mieux caractériser les process de fabrication, ainsi que les produits qui en découlent et les dangers associés ». « Après un recensement de l´existant, les travaux engagés devraient déboucher fin 2007 sur la mise en place d´un cahier des charges professionnel spécifique à ce produit », souligne le Snia. Ce groupe travaille en lien avec Tecaliman en ce qui concerne la caractérisation technologique des produits.
Enfin, le dernier volet s´intéresse aux co-produits du bioéthanol, essentiellement les drêches de blé et de maïs. « Nous développons des contacts avec les fournisseurs de co-produits de bioéthanol , notamment à travers des associations qui les regroupent, afin de les encourager à la mise en place de guides de bonnes pratiques d´hygiène professionnels et étudier leurs moyens de maîtrise des mycotoxines ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Parvenez-vous à effaroucher les oiseaux sur la ferme ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui