Réussir lait 19 août 2005 à 09h47 | Par S. R.

Aliment du bétail - Un mélange à base de dactyle pour exploiter des terres séchantes

Marie Guillotin a testé avec succès le dactyle pour mieux tirer parti de ses parcelles séchantes. Il lui permet de prolonger le pâturage en été et de faire des stocks importants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« J `ai décidé d´essayer le dactyle il y a deux ans, sur des parcelles très séchantes où les rendements maïs ne dépassent pas 10 tonnes de matière sèche les bonnes années », explique Marie Guillotin, installée depuis 2001 à Berric, dans le Morbihan.
En 2003, cinq hectares ont donc été ensemencés avec un mélange de 15 kg de dactyle tardif Starly, 6 kg de ray-grass anglais très tardif Ohio, 3 kg de trèfle blanc à feuilles moyennes Demand et 1 kg de trèfle violet.
L´exploitation compte 25 hectares de pâtures, sur des sols granitiques très séchants. « Dès la fin du mois de juin, les prairies de ray-grass et trèfle sont grillées. Le dactyle résiste beaucoup mieux et reste plus vert », remarque Marie Guillotin.
Les parcelles de dactyle sont pâturées par la vingtaine de génisses. Elles tournent sur sept paddocks quasiment toute l´année car les sols sont très portants.
Le mélange dactyle/ray-grass/trèfle est très bien consommé. ©SR

Un test réussi avec les génisses
« En septembre, je vais semer trois hectares supplémentaires du même mélange qui sera cette fois pâturé par les vaches laitières. Il s´agit d´un essai, si cela ne marche pas, j´y mettrai aussi les génisses. » Aujourd´hui les vaches laitières pâturent 3 hectares de ray-grass italien et 17 hectares d´un mélange ray-grass anglais et trèfle blanc. « Il est intéressant de commencer par les génisses afin de s´habituer au mode de conduite particulier du dactyle », conseille Philippe Roger, ingénieur fourrages au pôle herbivores des Chambres d´agriculture de Bretagne.
« Le plus difficile avec le dactyle est de gérer le premier cycle car il monte très vite. Il faut alors couper l´épi par le pâturage, la fauche ou le broyage pour avoir ensuite des repousses feuillues. Après, c´est super ! », commente Marie Guillotin. L´an passé, le dactyle a été coupé à la barre de coupe. Cette année, les conditions sont favorables à la pousse. Aussi les parcelles qui n´ont pas pu être pâturées en temps voulu seront utilisées pour faire des stocks (enrubannage et foin).
Le dactyle sèche très vite et la repousse est immédiate. Deux fanages suffisent à Marie Guillotin pour récolter un fourrage enrubanné.
Deux ans après le semis, on retrouve encore les quatre espèces dans les parcelles mais il faut choisir un trèfle résistant car le dactyle est agressif et le semis doit être effectué avec soin. « J´ai semé après céréales en septembre avec un semoir à céréales. La terre a été roulée au cultipacker. Il n´a pas été nécessaire de désherber. Les parcelles sont très propres. Au niveau fertilisation, j´ai juste apporté 50 unités d´ammonitrate cette année au mois de mars. »

« Les associations sont particulièrement intéressantes »
PHILIPPE ROGER, ingénieur fourrages au pôle herbivores des Chambres d´agriculture de Bretagne :

« Malgré sa rapidité d´épiaison, il est possible de gérer le dactyle uniquement par le pâturage, en tournant rapidement sur les parcelles, mais les mélanges ont une conduite plus facile. Le ray-grass anglais améliore l´appétence et permet une meilleure couverture du sol. Il ne faut pas dépasser 6 kg de RGA dans le mélange de semences pour que le dactyle trouve sa place et ne parte pas en touffes. Les essais de la station expérimentale de Mauron (56) ont montré que l´utilisation de RGA de précocité intermédiaire et non remontants améliore le rendement et facilite l´exploitation de l´association grâce à l´épiaison simultanée du ray-grass et du dactyle, par rapport à des RGA tardifs.
Avec le trèfle blanc, il faut privilégier un pâturage ras, faucher précocement et éviter l´azote la première année. Mieux vaut un trèfle agressif qui monte haut avec de grandes feuilles qui pourra concurrencer le dactyle pour la lumière.
L´apport de trèfle violet (maximum 3 kg) améliore le rendement des premières années. Il faut prendre quelques précautions vis-à-vis des météorisations car il prend souvent une place plus importante en fin d´été. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Prenez-vous des mesures de biosécurité ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui