Réussir lait 04 janvier 2019 à 15h00 | Par Bernard Griffoul

Agir vite pour circonscrire la maladie due aux salmonelles

Les cas de salmonelles sont en augmentation dans certains départements. Qu’ils soient cliniques ou détectés dans le lait ou les fromages, ils préoccupent tout particulièrement les filières au lait cru.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des contaminations se produisent parfois avec de l’abreuvement en bordure de ruisseau suite à des contaminations en amont par des bouses.
Des contaminations se produisent parfois avec de l’abreuvement en bordure de ruisseau suite à des contaminations en amont par des bouses. - © B. Griffoul

Quand survient un épisode de salmonellose, il n’y a pas de temps à perdre pour prendre les mesures adéquates. Pour prévenir la contamination des autres bovins, il est primordial d’isoler l’animal malade, d’éliminer les matières infectieuses issues d’un éventuel avortement et de désinfecter la zone contaminée et le matériel qui a pu être en contact avec la bactérie. Séparer également le lait des vaches malades et surveiller les signes annonciateurs de la maladie sur d’autres animaux. Redoubler de précautions quant à l’hygiène de traite et aux règles de biosécurité vis-à-vis des personnes extérieures. Appeler enfin son vétérinaire qui effectuera un prélèvement de bouse ou, en cas d’avortement, un prélèvement de placenta ou un écouvillon endocervical, pour confirmer la salmonellose, isoler la souche et effectuer un antibiogramme. « Le traitement associe souvent des perfusions à des injections d’antibiotiques. La prescription vétérinaire doit être scrupuleusement respectée pour éviter l’apparition d’antibiorésistance », rappelle le GDS de l’Orne.

Appliquer des mesures correctives

Lorsque l’infection par des salmonelles est confirmée par les examens bactériologiques, l’étape suivante consiste à rechercher la source de la contamination avec l’aide d’un technicien (laiterie, GDS…). « Nous effectuons une visite de l’élevage et nous listons tous les points à risque, explique Carole Chapellière, technicienne lait au GDS de l’Orne. Nous faisons des prélèvements d’eau et d’aliments, s’ils sont suspectés. Pour déterminer la charge de salmonelles dans le bâtiment, nous pouvons faire aussi des prélèvements de bouses. Des mesures correctives sont ensuite appliquées sur les points à risque les plus importants. Puis nous évaluons si elles ont un effet positif. » « La majorité des cas se règle dans les trois mois, indique le GDS des Savoie. Cependant, certains cas peuvent durer plus de six mois. » « La prévention consiste à protéger l’eau et les aliments contre toute contamination par des déjections », résume le GDS de l’Orne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Avez-vous trouvé des solutions pour pallier le manque de paille ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui