Réussir lait 06 février 2009 à 09h47 | Par E. Bignon

À TRÉVAREZ DANS LE FINISTÈRE - ALIMENTER LES VACHES UNE FOIS PAR SEMAINE FAIT GAGNER 30 À 40 % DU TEMPS D’AFFOURAGEMENT

Le passage à une distribution hebdomadaire des fourrages a permis d’économiser 30-40 % du temps passé autour de l’alimentation par rapport à un affouragement quotidien. Sans entraîner de modification des performances laitières.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans l’essai, la fréquentation
des cornadis a été importante,
sans saturer la place.
Dans l’essai, la fréquentation des cornadis a été importante, sans saturer la place. - © A. Conté

La réduction de la fréquence d’alimentation des vaches laitières a été testée à la station expérimentale de Trévarez sur deux hivers. L’économie sur le travail d’alimentation a été estimée à 32 %. « Sur un troupeau de 60 vaches, on peut espérer un gain de 30 à 40 %, soit 1h30 à 3 heures par semaine selon la situation de départ », rapporte Yvon Sèité des chambres d’agriculture de Bretagne.

PAS PLUS DE BUTYRIQUES

Deux lots de 20 vaches ont été constitués. « L’un était affouragé une fois par semaine à l’aide d’une désileuse-cube, et les cubes de maïs ensilage étaient repoussés par un poussefourrage une à deux fois par jour. L’autre était alimenté une fois par jour à l’auge par une mélangeuse, et la ration repoussée manuellement deux à trois fois dans la journée. » Ces deux lots recevaient une même ration à base d’ensilage de maïs, avec le concentré au DAC.

Les quantités ingérées et la production laitière sont restées semblables pour les deux lots. « Les comptages cellulaires et le nombre de mammites se révèlent proches. Par contre, le TB apparaît significativement moins élevé dans le lot pousse-fourrage. » L’une des questions soulevées par le changement de mode d’alimentation portait sur l’évolution de la teneur en spores butyriques du lait. « Nous n’avons pas observé de différence significative, même si chaque année les résultats sont apparus plus élevés pour le lot pousse-fourrage. » Enfin, l’essai n’a pas non plus révélé de comportement très agressif dans le lot pousse-fourrage, malgré une moindre place à l’auge, seulement un peu plus de coups de tête. ■

Enquête en élevages : Attention aux butyriques !

Quatorze élevages bretons réduisant la fréquence d’alimentation des vaches laitières ont été enquêtés. « Contrairement à l’essai de Trévarez, nous avons observé sur ces élevages une tendance à l’augmentation des butyriques dans le lait suite à la mise en place des auges mobiles, évoque Yvon Sèité des chambres d’agriculture de Bretagne. En moyenne sur douze mois, elles sont passées de 575 à 726 spores/ml. Sur ce critère, la situation s’est dégradée dans 8 élevages sur 14. »

En revanche, aucune différence n’est constatée sur la lipolyse, les germes et les cellules. D’autre part, plus de 50 % de temps a été gagné sur l’affouragement, comparé à une distribution quotidienne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Prenez-vous des mesures de biosécurité ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui