Aller au contenu principal

Une journée high tech au coeur des vergers

La Morinière a axé la troisième édition de sa journée technique, début juillet, sur la robotisation et les nouvelles technologies en verger.

La journée technique de La Morinière (Indre-et-Loire) est dorénavant inscrite dans tous les agendas. Plus de 350 producteurs se sont déplacés début juillet pour ce rendez-vous fruits à pépins, organisé en partenariat avec l’Association nationale pomme poire (ANPP) et le Ctifl. Il était consacré cette année à la révolution technologique. « Notre objectif était de démystifier le sujet de la robotisation et de l’automatisation auprès des producteurs, a noté Hugues Ducrombecque, directeur de la station expérimentale de la Morinière. En présentant l’état d’avancement des robots, nous souhaitions donner des pistes pour la construction des vergers de demain ». Car si des modèles de robots de désherbage existent, leur démocratisation est encore loin d’être possible. Pour les robots de cueille, les prototypes n’en sont qu’à leurs essais en vergers expérimentaux. « Les vergers devront évoluer pour limiter la complexité des robots et donc leur coût », a souligné Michel Berducat, spécialiste du sujet à l’Irstea.

Améliorer l’existant avant de robotiser les tâches

« Mais c’est une perspective très attendue des producteurs », a analysé Pierre Varlet de l’ANPP, à la suite d’une enquête réalisée auprès des professionnels. Pour eux, la mécanisation a pour principal objectif de réduire les coûts de production. En second, viennent l’amélioration des conditions de travail et la sécurité des opérateurs. « L’automatisation de la récolte arrive en priorité car le travail est long, pénible et qu’il nécessite beaucoup de main-d’oeuvre, selon le responsable technique de l’ANPP. Mais avant le robot de cueillette, on peut améliorer l’existant ». C’est ce qui était proposé l’après-midi avec une présentation de quelques-unes des expérimentations et matériels testés sur la station. Parmi les plus innovants : une caméra compteuse de pommes en verger, des drones à caméra infrarouge pour piloter son irrigation ou encore une machine pour traiter les pommes à l’eau chaude en post-récolte.

À lire aussi