Aller au contenu principal

Amande - L’amande en manque de volumes

La coopérative Sud Amandes déploie toute son énergie pour inverser la tendance du paradoxe d'une offre en amandes insuffisante.

© Réussir F&L

Loin derrière la Californie qui, avec ses 800 000 t est le premier producteur mondial, et l’Espagne (80 000 t) 2ème producteur mondial, la filière française de l’amande doit faire face aujourd’hui à une très forte demande que Sud Amandes, la seule coopérative de producteurs d’amandes en France, située à Garons près de Nîmes, n’arrive pas à satisfaire.La récolte est vendue « sur pied »Sud Amandes regroupe 172 adhérents pour un volume de 200 t d’amandes, soit un peu plus de 75 % de la production française. Aujourd’hui, l’amande suit une croissance à deux chiffres sur le marché mondial. « Le cours mondial a pris 40 %, on commence à voir arriver des spéculateurs sur ce produit car il y a une telle demande, notamment de la part de pays émergents comme le Brésil et l’Indonésie...

Cet article est réservé aux abonnés web Fruits & Légumes

Découvrez l'offre web Fruits et Légumes

Accès à tous les articles de la filière
Fruits et Légumes

Accès aux revues numériques sur PC, tablettes et smartphones

Accès newsletters Fruits et Légumes:
L'hebdo Filière
La bimensuelle Bio

Accès à l'ensemble des cotations
Fruits et Légumes

À lire aussi

  • Vignette
    Une qualité fragile

    Tendance : La fin de semaine 24 s’est montrée plus active et moins fournie en vo

  • Vignette
    De faibles apports

    Tendance : Les volumes du Sud-Est sont restés limités, en semaine 24, et ont été

  • Vignette
    Un bon écoulement

    Tendance : Les ventes ont affiché un bon rythme, ces derniers jours, avec de bon

  • Vignette
    Des ventes insuffisantes

    Tendance : La chaleur et le soleil ont tendance à activer les productions, dans

  • Tendance : regain d’activité

    La chaleur et le soleil ont dynamisé les ventes des produits de saison, en fin de semaine 24.

  • Vignette
    Un marché plus allégé

    Tendance : Le tassement des apports bretons (1.220 t, commercialisées vendredi)